Modern technology gives us many things.

Les malades du Sida courent un grand danger à Ziguinchor : la machine est…

Le défaut de test de la charge virale handicape la lutte contre le SIDA dans la région

sida gabonLa région de Ziguinchor ne dispose pas d’unité de test de la charge virale. Les tests se font au niveau de Dakar. Et cela constitue un handicap pour le dispositif de la lutte contre le SIDA dans une région où le taux de prévalence (1%) est au dessus de la moyenne nationale (0,7%). Rappelez-vous que la seule activité du virus du SIDA consiste à faire des copies de lui-même. Le test de la charge virale permet, par une prise de sang, d’évaluer la quantité de virus par millilitre de sang. Ces résultats indiquent donc si le virus est très actif dans sa reproduction (charge virale élevée) ou bien s’il est moins actif (charge virale plus basse). Les résultats de la charge virale permettent, entre autres, d’évaluer la vitesse de progression de l’infection. En résumé, plus une charge virale est haute, plus la
progression devrait être rapide et plus la charge virale est basse, plus la progression devrait être lente. De plus, le test de la charge virale permet également de mesurer l’efficacité des traitements. Et c’est là où se trouve le danger. C’est sur la base de la quantité de virus présents dans le sang qui les médecins administrent le traitement à base des antirétroviraux (ARV). Comment peut-on combattre des agresseurs en ignorant leur nombre ? La chance de les vaincre relèverait du pur hasard et la médecine n’est pas une science qui se base sur le hasard. On nous a appris que la machine est à Ziguinchor depuis plus de 3 ans mais elle ne peut pas être utilisé pour sauver des vies parce qu’on n’a pas encore les moyens de construire le locale qui doit servir de cadre pour faire ces tests haut combien importants pour les malades du SIDA.
Qui sait si elle ne s’est pas déjà grippée. A qui la faute ?

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.