Modern technology gives us many things.

Les lundis de Justin Ndiaye, laser ou légèreté ?

babacar justin ndiayeQu’est-ce qui est donc arrivé ce week end à Justin ? La question mérite d’être posée, tant notre politiste nous avait habitués à plus de rigueur dans l’analyse. Ce lundi 20 janvier, en lieu et place d’un laser qui implique, lumière et clarté, Babacar Justin Ndiaye est allé piocher, avec une inqualifiable légèreté, dans les profondeurs obscures de l’amalgame et de la confusion. Pour juste nous effrayer et mettre en évidence ce qu’il qualifie de brouille entre Macky et IBK  à propos de  la présence de ATT au Sénégal.

Parlant d’une « petite phrase de Macky Sall sur le plateau de TV5 Monde » qui aurait  « provoqué, à cet égard, un vent frisquet sur les relations déjà tièdes » entre le Mali et le Sénégal, Justin, comme pour éviter d’être juste, ne prend pas la peine d’appliquer une règle élémentaire pour tout analyste qui voudrait analyser les propos d’une personne : aller à la source. En lieu et place d’une transcription de l’ITV accordée par le Chef de l’Etat Macky Sall à TV5, Justin préfère citer l’interprétation directe qu’en aurait faite un site d’informations malien.

Or, cette interprétation est loin de recouper fidèlement les propos du Président sénégalais. Comment Justin, qui dans son propre texte semble douter de la restitution fidèle des propos de Macky Sall, peut-il alors se permettre de bâtir son argumentation autour de cette citation pourtant tronquée ? Si ce n’est pas de la légèreté, Dieu ! Que ça lui ressemble !

La légèreté dont fait montre Justin est si profonde qu’elle ne se limite pas seulement au fond.  Même dans la forme, avec Justin, c’est fort de café.  En effet, voulant évoquer une dégradation ascendante des relations entre Macky et IBK, la légèreté de Justin l’entraine à considérer que la discorde est moins grave que la mésentente. Or, une mésentente parait constituer une étape moins critique que la discorde.

Autre élément de légèreté et non des moindres, Justin attribue l’interprétation des propos de Macky Sall au site d’informations malien malijet.com. Or, sur le site malijet.co et non, autre légèreté, malijet.com, l’article de Justin qui y est repris a fait l’objet d’une correction. On y lit plutôt l’adresse d’un autre site d’informations : bamada.net.

Chez un analyste, quand la forme s’affaisse, le fond perd son sens. Car, ici, Hissène Habré a été « encagé » par la justice suite à une plainte de gens qui se disent avoir été victimes de pratiques quand il était Chef de l’état du Tchad. Cette plainte a suivi une longue procédure dans l’espace et dans le temps avant d‘aboutir  au placement de l’ex dictateur tchadien sous mandat de dépôt. Quels sont l’opinion et le sentiment de Macky Sall sur le  sort actuel de Hissène Habré ? Justin serait trop fort s’il se hasardait à vouloir y répondre. Le président sénégalais n’ayant jamais eu l’occasion de se confier à l’opinion. 

Sur l’affaire ATT en revanche, le Président Sall a eu une occasion de partager son opinion et il l’a fait. Ce qui n’a aucun rapport avec le devoir de justice. Encore faudrait-il que cette justice soit mise en devoir de s’exprimer. A notre connaissance et à la connaissance de l’opinion, à ce jour, aucune plainte de quiconque visant ATT n’a été transmise à la justice pour déclencher des poursuites contre l’ex-président malien.  Par conséquent, reprocher à Macky de pas l’ « encager » c’est l’accuser du crime de respect du droit, dans  ses principes, dans ses procédures  et dans son contenu.

Abdourahmane Diallo commission Suivi-évaluation COJER –

Les commentaires sont fermés.