Modern technology gives us many things.

Les libéraux dénoncent l’impartialité de la CREI et évoquent les 47 milliards de Singapour

La Fédération Nationale des Cadres Libéraux (FNCL) dénonce vigoureusement les agissements de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) qui ne permet pas à notre frère Karim WADE, pris en otage par un régime incompétent, d’exercer les droits que la Constitutions et les conventions et traités internationaux lui reconnaissent comme droits inaliénables.
La Fédération, comme les sénégalais et les observateurs, constate qu’après trois mois de procès l’accusation tente maladroitement d’asseoir ses accusations sur la base de témoignages dont leurs auteurs sont manifestement « traités » pour charger notre frère Karim WADE pour ne pas être eux mêmes poursuivis.
Un tel procédé est indigne de notre démocratie et porte gravement atteinte à l’image de notre pays.
Le président de la cour Henri Grégoire DIOP ne cache pas son parti pris et tout son comportement trahit son empressement de bâcher les audiences et prendre une décision connue d’avance.
Malgré toutes les tentatives de manipulation avec des témoins sous le coup du conflit d’intérêts, la preuve n’est pas rapportée que note frère Karim WADE est actionnaire, bénéficiaire économique encore moins administrateur de l’une quelconque des sociétés qui lui sont attribuées comme étant sa propriété.
La FNCL interpelle la CREI, et particulièrement son président, Henri Grégoire DIOP, sur les agissements multiples et variés tendant à empêcher les avocats de notre frère Karim WADE d’organiser correctement la défense de leur client.
La FNCL considère que la cour fait l’impasse sur le prétendu compte de Singapour qui démontre le caractère grotesque de ce procès et met le procureur spécial en demeure d’apporter la preuve de l’existence des 47 milliards qui y sont logés et s’il en est incapable de demander pardon au nom de la République et de requérir la mise en liberté d’office de notre frère Karim WADE.
LA FNCL dénonce une conspiration et un procès digne des méthodes staliniennes.
Elle attend toujours que la Cour se prononce sur la présence au procès d’avocats de l’Etat qui n’a subi aucun préjudice.
La FNCL appelle les sénégalais à redoubler de vigilance face à la partialité manifeste de la Cour, laquelle est illustrée par des déclarations malheureuses à l’encontre de Karim WADE et de sa défense.
La FNCL s’offusque et dénonce les propos injustes tenus par le Président Grégoire Diop à l’encontre de notre frère Karim WADE et qui enlèvent tout doute sur son intention de le condamner puisqu’il lui annonce qu’il restera en prison, et qu’il est libre, comme ses avocats, de faire un pourvoi en cassation.
Ce procès en sorcellerie est devenu le procès de la honte.
La FNCL exige le respect de l’égalité des chances, l’égalité des armes requise pour prétendre à un procès équitable et dénonce une prise d’otage et l’instrumentalisation de la justice pour régler des comptes politiques par la liquidation judiciaire d’adversaires politiques.
Dakar, le 04 novembre 2014

Les commentaires sont fermés.