Modern technology gives us many things.

Les libéraux demandent des comptes à l’Etat sur le coût réel de la Francophonie

COMMUNIQUE DE PRESSE
La Fédération Nationale des Cadres Libéraux (FNCL) du Parti Démocratique Sénégalais a analysé la situation socio-économique et politique du pays en mettant le focus sur les difficiles conditions de vie des sénégalais, la Déclaration de Politique Générale de Monsieur le Premier Ministre, le limogeage spécial du Procureur Spécial de la CREI, le meeting du Front Patriotique pour la Défense de la République.
S’agissant de la situation sociale du pays, la FNCL déplore le mutisme et le manque d’humanisme du gouvernement sur la grève de faim des élèves-professeurs sortants de la FASTEF qui ne réclament qu’un droit à la survie. Elle invite le gouvernement à proposer un plan de redressement du secteur de l’énergie afin de mettre fin au régime de délestages intempestifs, de hausse du prix de l’électricité et de coupures d’eau auquel il a soumis de force les sénégalais.
Concernant les affaires ARCELOR/MITAL et PETRO-TIM, la FNCL maintient ses déclarations précédentes qui ne sont guère, jusqu’ici, démenties par le régime actuel et invite le gouvernement à s’expliquer sur les 200 milliards de PETRO-TIM, société anonyme unipersonnelle créée par le propre frère du Président de la République, Aliou SALL et dont l’objet est « l’exploration et la recherche pétrolière; la prise de participation dans tous titres miniers et pétroliers, l’exploitation, la production, le stockage temporaire, le traitement, le transport, le raffinage, la distribution, le marketing et la commercialisation ».
Par ailleurs, la FNCL demande au gouvernement d’éclairer la lanterne des sénégalais sur le montant réel des dépenses effectuées pour l’organisation du 15ème sommet de la Francophonie à Dakar dont les retombées sont méconnues des sénégalais. Elle interpelle également le gouvernement sur le coût du pavage des allées de la VDN, estimé à plus d’un milliard de francs CFA, pour un meilleur accueil de ses invités audit sommet et regrette le coût exorbitant du centre de conférence de la Francophonie (60 milliards de francs CFA).
Par la même occasion, la FNCL s’interroge sur les mobiles de l’ancien Président de la République du Sénégal, Secrétaire Général sortant de l’Organisation Internationale de la Francophonie. Monsieur Abdou DIOUF, faisant fi de la dénonciation des somptueuses et nébuleuses dépenses liées à l’organisation du sommet de Dakar, cherche à réapparaître dans la conscience collective des sénégalais, à travers ses « Mémoires » par lesquels il tente d’effacer maladroitement son passage peu glorieux à la tête du Sénégal.
A cet effet, la FNCL rappelle à Monsieur Abdou DIOUF, dauphin nommé par SENGHOR, que son magistère suprême a été empreint de violations des droits de l’homme, d’emprisonnements de son principal adversaire politique d’alors, Me Abdoulaye WADE, de hold up électoraux suivis de violences (1983, 1988, 1993, 1996, 1998), de meurtres (assassinat de Me Babacar SEYE, morts de 16 policiers, des milliers de morts en Casamance), de scandales économiques. La FNCL n’oublie pas la fameuse loi Niadiar SENE qui allait faire d’Abdou DIOUF un chef d’Etat à vie si toutefois il était réélu en 2000. C’est ce même Abdou DIOUF, au service exclusif de la Françafrique et des intérêts des lobbies français, cité à tort ou à raison parmi les complices de Blaise Compaoré dans l’assassinat de Thomas SANKARA, qui a été finalement récompensé par la France en le mettant à la tête de l’OIF. Ses « Mémoires » ne devraient pas certainement occulter la générosité légendaire et l’esprit de dépassement de son successeur Me Abdoulaye WADE qui lui a pardonné et sauvé ses hommes de la prison en 2000. La FNCL inscrit la sortie fortement médiatisée de Monsieur Abdou DIOUF dans sa logique d’appuyer la servitude de Macky SALL à la France au détriment du Sénégal.
Constatant, à l’image des sénégalais, que la Déclaration de Politique Générale de Monsieur le Premier Ministre n’a été qu’une récitation du Plan Sénégal Emergent -une maladroite transposition de la vision de Me Abdoulaye WADE-, la FNCL s’indigne de la politique de saupoudrage et de supercherie du gouvernement. A l’instar de ce qui se passe dans les régimes dictatoriaux, cette déclaration foule aux pieds les principes universels de la démocratie, de la bonne gouvernance bâtis sur le respect de la dignité humaine, de la séparation des pouvoirs et de la transparence.
C’est pourquoi, la FNCL s’émeut du limogeage spécial et inédit du procureur spécial de la CREI qui traduit l’impasse dans laquelle se trouve le gouvernement qui n’a, jusqu’ici, géré les procès de Karim et des autres détenus politiques que dans l’illégalité et par des manœuvres, contre-vérités et tergiversations. A ce titre, la FNCL considère que la suspension de l’audience dans le procès Karim jusqu’au 05 décembre 2014, n’est que l’expression d’une peur bleue de Macky SALL et de ses acolytes de la découverte des accusations mensongères et mesquines (de 700 milliards à 117 milliards fondus finalement en 2 milliards) par la presse internationale qui sera fortement présente au sommet de la francophonie. Fort de toutes ces considérations, la FNCL exige la libération immédiate de Karim WADE, Abdoul Aziz DIOP, Aida NDIONGUE, Bara SADY et des autres détenus politiques.
En dépit des tentatives de dissimulation, la FNCL saisira l’opportunité du sommet de la francophonie pour faire face à la presse nationale et internationale afin d’informer la communauté internationale des dérives politiques et économiques du régime de Macky SALL.
Enfin, la FNCL invite le peuple dans toutes ses composantes – universitaires, professionnelles, associatives- au meeting du FPDR du vendredi 21 novembre 2014 sous la présidence effective de Son Excellence Maître Abdoulaye WADE.
Fait à Dakar, le 17 novembre 2014

Les commentaires sont fermés.