Modern technology gives us many things.

Les Karimistes demandent une enquête sur le patrimoine de tous les magistrats

Déclarations des responsables et des membres de la plateforme des mouvements de soutien au Président Karim WADE

Les justices de pays étrangers (France et Monaco) et les juridictions internationales (ONU et CEDEAO) ont infligé une raclée sans précédent au dictateur Macky SALL et à sa poignée de juges – corrompus et instrumentalisés – en condamnant l’Etat du Sénégal pour détention arbitraire, violation des droits de l’homme et en refusant d’exécuter une décision de justice dictée par Macky SALL pour liquider ses opposants et s’assurer d’une réélection improbable.

Au total, l’Etat du Sénégal a perdu toutes ses procédures à l’international contre ses opposants Karim WADE et Khalifa SALL.

A ce jour, Macky SALL n’a pas gagné une seule fois, il a perdu au total 8 fois engraissant au passage les avocats de l’Etat qui se sont enrichis illicitement sur le dos des sénégalais au titre d’une prétendue traque des biens dit «mal acquis».

En 7 ans, ces avocats de l’Etat missionnés pour éliminer les principaux opposants politiques de Macky SALL ont encaissé au titre de la convention qu’ils ont signée, 20 milliards de F. CFA d’honoraires, (soit  2% du montant des 800 milliards) qui totalisent les 2 mises en demeure faites à Karim WADE. Il est prévu qu’ils empochent 2 autres milliards pour le seul procès contre Khalifa SALL. Ces avocats n’ont pas gagné un seul procès pour au final présenter comme seul butin aux sénégalais la saisie de la maison historique de Maitre Abdoulaye WADE du Point-E comme bien mal-acquis et qu’ils ont fait immatriculer au nom de l’Etat du Sénégal avec l’aide de l’agent judiciaire de l’Etat.

En conséquence, les responsables et les membres de la plateforme des mouvements de soutien au Président Karim WADE :

  • exigent que l’Etat du Sénégal publie immédiatement toutes les conventions d’honoraires signées par ces avocats qui ont montré une véritable opération d’escroquerie sur les deniers publics ;
  • exigent que ces avocats de l’Etat qui s’érigent en chantres de la morale et qui prétendent incarner la bonne gouvernance, à savoir Me François MEYER, Me William BOURDON, Me Felix SOW, Me Yerim THIAM, Me Samba BITEYE, Me Moustapha MBAYE, Me Simon NDIAYE, Me Souleye Macodou FALL, Me Abdou KANE, Me El Hadji Moustapha DIOUF, Me Aly FALL, Me Bassirou NGOM, et Me Pape Khaly NIANG publient immédiatement, sans délai et de leur propre initiative, le montant total des honoraires qu’ils ont perçus collectivement et individuellement de l’Etat du Sénégal dans les procédures engagées contre Karim WADE et Khalifa SALL. Une telle publication par les avocats eux-mêmes est d’autant plus justifiée qu’ils ont perçu des honoraires de l’Etat au moment où Macky SALL n’arrive pas à payer les bourses des étudiants, à financer la campagne arachidière, supprime les heures supplémentaires des greffiers et du personnel judiciaire ;
  • demandent aux journaliste et à la presse, si ces avocats escrocs persistent dans le refus de publier leurs honoraires, de les traquer et de les interpeller systématiquement lors de leurs points de presse pour les obliger à déclarer publiquement le montant de leurs honoraires mal acquis payés par Macky SALL ;
  • demandent une enquête indépendante des ONG et de la société civile sur le patrimoine de tous les magistrats de la CREI, de ceux du tribunal régional de Dakar, de ceux de la Cour Suprême et du procureur de la République qui ont eu à juger et/ou à statuer dans les affaires Karim WADE et Khalifa SALL. Nous remettrons à ce titre toutes les pièces et dossiers que nous avons récoltés. En tout état de cause, cette enquête de la société civile devra édifier l’opinion sur les présomptions d’enrichissement illicite et de corruption qui pèsent sur Antoine Felix DIOME, actuel Agent Judiciaire de l’Etat et ancien procureur spécial adjoint de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite qui, depuis sa nomination à la CREI en 2012, s’est constitué un fabuleux patrimoine immobilier sans rapport avec ses revenus légaux. Il est ainsi passé du statut de simple locataire à celui de propriétaire de somptueux palais à Dakar, Khombole et Touba, le tout évalué à plus d’un milliard de F.CFA. L’enquête de la société civile devra dire aux Sénégalais s’il s’agit de rétro commissions perçues sur les honoraires payés aux avocats de l’Etat.

Fait à Dakar, le 11 juillet 2018

L’assembée de la Plateforme

Les commentaires sont fermés.