Modern technology gives us many things.

(Les Dossiers de xibaaru)-Pourquoi le racisme s’est-il banalisé en Occident ? Tentative d’explication

Par Dr Amadou Ba – Université Laurentienne Sudbury Canada

racisme 0La montée rapide et inquiétante du racisme en Occident et particulièrement dans certains pays d’Europe est un constat général. De la France en passant par l’Italie, le Danemark ou la Pologne jusqu’aux États-Unis les dérapages verbaux, les comportements racistes, les regards de mépris, et la méchanceté gratuite vis-à-vis des musulmans et surtout des Noirs ne cessent de se multiplier. L’attaque raciste et inqualifiable dont Mme Christiane Taubira Garde des Sceaux, ministre de la Justice française a fait l’objet, les cris de singe dans les stades européens contre les joueurs noirs (le cas de Yaya Touré international ivoirien sifflé comme un singe au cours d’un match de Ligue des Champions est encore présent dans les esprits), les insultes racistes, inqualifiables et lâches à l’égard de Cécile Kyenge, ministre italienne d’origine congolaise et sans oublier l’attaque d’un extrémiste de droite américaine qui dans un journal n’a pas hésité de traiter Barack Obama, de « Poutine’s monkey » (le singe de Poutine) sont là des faits gravissimes et inacceptables que nous ne pouvons pas laisser passer inaperçus. Ce constat horrible soulève par conséquent plusieurs interrogations:

Comment peut-on expliquer le racisme, c’est-à-dire le fait qu’une personne se croit supérieure à une autre et se permet de la mépriser, de la détester et afficher envers elle une véritable haine alors que cette personne ne l’a rien dit ou fait de mal mais dont le seul « tort » est d’avoir une couleur, une origine ou une culture différentes ? Comment individu normal, éduqué et surtout né dans des pays où le savoir est à la portée de tous et donc supposé être intelligent, censé être ouvert d’esprit et civilisé peut-il être aussi cruel et horrible vis-à-vis d’une autre personne ? Pourquoi certaines personnes ne peuvent pas se débarrasser de cette tare héritée des siècles passés ? Voilà un certain nombre de questions auxquelles nous tenterons d’apporter des éléments de réponses dans cette contribution avant de proposer des solutions concrètes qui aideront les victimes de racisme à mieux s’armer moralement, se mobiliser et lutter contre cette chose abominable qui n’a pas raison d’exister dans notre monde.

Les causes profondes et lointaines du racisme

Le racisme est une idéologie qui, partant du postulat de l’existence des « races humaines » considère que certaines races sont intrinsèquement supérieures à d’autres. Mais il est impossible de comprendre comment le racisme s’est développé en Occident sans faire une petite analyse historique. En effet c’est avec le projet de réduire les Africains noirs comme esclaves des Blancs vers le 16e siècle que les premiers jalons d’un monde d’en fer, d’un monde injustice pour l’homme noir commencent réellement à être posés. Ayant compris qu’il était difficile de soumettre les Africains, de les maintenir dans un état d’infériorité sans travailler les mentalités de tous, des Européens de mauvaise foi issus de tous bords se sont mis progressivement à écrire, à véhiculer et à coller une image plus que négative, une image fallacieuse, réductrice sur les Africains : animalisation des Noirs que l’on retrouve dans de nombreux ouvrages d’écrivains européens des siècles passés. C’est le cas d’Ernest Haeckel, vulgarisateur du darwinisme qui transposa la théorie de l’évolution à la société en expliquant que : « Si l’on voulait à tout prix établir une limite bien tranchée, c’est entre les hommes les plus distinguées et les sauvages les plus grossiers qu’il fallait la tracer, en réunissant aux animaux les divers types humains inférieurs. » Cette opinion fut en effet relayée dans la grande presse de l’époque et fut adoptée par de nombreux Européens (des faux intellectuels, voyageurs écervelés, leaders d’opinion hypocrites des siècles passés). Un célèbre écrivant et voyageur anglais qui a séjourné longtemps sur la côte occidentale de l’Afrique a écrit ceci : « Á mes yeux, le Nègre est une espèce humaine inférieure : je ne puis me décider à le regarder comme homme et comme frère ; car il faudrait aussi admettre le gorille dans la famille humaine ». Comment un intellectuel, un homme de savoir et de culture peut-il tenir de tels propos ? Les Noirs étaient donc systématiquement assimilés à des sauvages, des cannibales, des humains différents puisqu’apparentés à des singes, des personnes sans âmes donc insensibles à la douleur et qui peuvent supporter toutes sortes de travaux et de corvées. Dans d’autres livres on peut lire que le quotient intellectuel des Noirs est inférieur à la normale, c’est-à-dire celui de l’Européen. À partir de ce moment tous les abus envers les Noirs étaient permis. La purification de la race était devenue la mode chez ces soi-disant intellectuels européens donc les cœurs sont durs comme des pierres. Par la suite, la colonisation institua un Code de l’Indigénat, succédant au Code Noir mis en place par Napoléon, code qui régissait les rapports entre maîtres et esclaves. Toute la littérature produite en Europe dans les siècles derniers sur l’Afrique noire et sur les Africains n’avait qu’un seul but : dénigrer, encore dénigrer et toujours dénigrer au maximum l’homme noir pour réussir à en faire un éternel auxiliaire, un éternel subalterne de l’homme blanc. Cette image fut reproduite aussi dans les arts (théâtre, cinéma, publicité, etc.). À cette dérive de l’intelligentsia européenne poussée par une bourgeoisie qui ne recule devant rien et un capitalisme naissant prêt à tout pour se faire des profits, s’est ajoutée la complicité de certains hommes d’église. Pour justifier le bien-fondé de sa présence en Afrique l’Europe s’appuya sur la religion chrétienne qui lui apporta son soutien. L’église évoqua une raison religieuse « une mission civilisatrice » : et la propagation de la religion chrétienne en Afrique qui est une terre d’idolâtrie. Ce qui est absolument faux car l’Afrique avait ses grandes civilisations, ses religions que les Européens ne voulaient pas reconnaitre. Mieux, quand les Européens sont arrivés en Afrique vers les 15e et 16e siècles, une bonne partie du continent était adepte de la religion musulmane arrivée sur le continent 4 à 5 siècles plus tôt. L’église a donc une énorme part de responsabilité en ce qui concerne la propagation du racisme dans les siècles passées et aujourd’hui. Au lieu d’enseigner la vérité, la solidarité, le rapprochement entre les peuples, certains hommes d’église utilisèrent la religion chrétienne pour leur propre intérêt et se mirent à enseigner que « les Noirs sont des descendants de Cham et qu’ils sont maudits pour toujours, par conséquent ils doivent vivre tout temps comme des esclaves des Blancs ». Comment un homme qui pense à sa mort prochaine, qui pense à l’au-delà peut-il cautionner de telles choses ? Aujourd’hui encore, cette image dégradante de l’homme noir est relayée et s’exprime librement dans les médias occidentaux, à la télévision, au cinéma, dans les réseaux sociaux, dans la publicité, etc. On n’y présente l’Afrique et les Africains noirs que sous un angle plus que négatif. À chaque fois que je regarde ma télévision et que je vois une émission sur l’Afrique c’est soit pour parler de sorcellerie, d’excision, de maladies, de guerres, de personnes qui se promènent nues de je ne sais de quelle région du continent. Cette vulgarisation d’une image négative est voulue et consciente et elle a largement contribué à accentuer les préjugés défavorables sur l’Afrique et les Noirs. Nous assistons donc tous à un véritable complot médiatique contre une mère (l’Afrique noire) et ses enfants (les Africains noirs du continent et les descendants de l’esclavage). Ce complot a d’ailleurs tellement réussi qu’aujourd’hui de nombreux enfants européens ou américains pensent tout bonnement que les Africains vivent encore dans les arbres, les cavernes ou dans les grottes. On ne leur a jamais dit la vérité, on ne leur a jamais parlé de cette Afrique qui a abrité des grandes civilisations comme le Ghana, le Mali ou le Sonrhaï, de ces royaumes politiquement bien structurés comme Achanti, Djolof ou le royaume du Kongo. On ne leur a jamais, pas une seule fois fait allusion dans les livres, dans leurs cours d’histoire à ces grands hommes d’Afrique des siècles passés, à et des résistants tels que Samory Touré, Chaka Zoulou, Ahmadou Cheikou Tall, Ousman Dan Fodio, etc. On leur a tout temps menti, en leur faisant croire que ce sont les Africains eux-mêmes qui ont vendu leurs propres enfants à des négriers européens. Tout ce que l’Afrique avait de biens furent supprimés des livres, l’histoire fut falsifiée et manipulée. Voilà la vérité ! C’est pourquoi aujourd’hui encore de nombreux occidentaux ignorent purement et simplement qu’il existe des villes modernes, des tours, des moyens de transport sophistiqués, de hôpitaux de luxe un peu partout dans le continent noir. Il ne vient jamais à l’esprit de certains Européens peut-être même de la grande majorité même qu’il y a dans les endroits les plus reculés du continent des antennes paraboliques, des connexions à haut débit sur Internet et des téléphones portables, etc. Jamais ils ne peuvent imaginer un seul instant qu’il y a ou bien qu’il peut y avoir de choses bien et correctes dans ce continent. Des étudiants occidentaux qui fréquentent les plus grandes universités des États-Unis, du Canada ou de l’Australie ignorent qu’il y a en Afrique des pays démocratiques et politiquement stables comme le Sénégal, le Ghana, le Niger, le Botswana, le Cap-Vert etc. qui sont des modèles de démocratie et de loin en avance sur des pays européens tels que que la Russie, la Roumanie ou encore la Grèce. Voilà là où se situe le mal.

Au moment des indépendances « fictives », des « indépendances de drapeaux » comme le disait l’ancien président tanzanien Julius Nyerere, les dirigeants africains devaient obéir ou périr. Diriger un pays indépendant en Afrique après plusieurs siècles d’esclavage, de colonisation, de dénie culturel et de violence de toute sorte, c’était accepter d’être une marionnette de l’ancienne puissance coloniale et ses alliés, accepter de mettre les ressources du pays entre les mains de l’ancien maître qui a déjà pillé une bonne partie des ressources dont regorgent le continent. Les Africains courageux et fiers, les dignes fils du continent  qui avaient osé lever la voix et refusé de suivre le modèle imposé par les dominateurs d’hier, furent purement et simplement liquidés soit physiquement ou politiquement. Les exemples ne manquent pas, nous pouvons citer des dizaines pour la seule période 1960-1980. La jeunesse africaine qui avait tant espéré, qui avait tant attendu ce moment grand moment des indépendances comme on peut le constater à travers la célèbre chanson d’un groupe congolais des années 1960 « indépendance cha cha cha » fut très vite déchantée. Le règne des dictatures, la montée du chômage et les intimidations de toutes sortes étaient désormais la règle dans de nombreux pays africains car soutenus ouvertement par les puissances occidentales. Devant ce désespoir, devant cette machination orchestrée dans les capitales occidentales, les enfants d’Afrique furent livrés à eux même sans aucune formation, sans ressources et sans avenir. C’est pourquoi il leur restait qu’une chose : partir, partir et encore partir pour gagner leur vie à la sueur de leur front. C’est dans ce contexte que certains (la grande majorité) prirent la direction de certains pays africains comme la Côte d’Ivoire, le Gabon ou le Congo qui étaient les symboles vivants du néocolonialisme économique en Afrique, et d’autres tentèrent leur chance en Europe. Cette migration africaine en Europe se situe véritablement à ce tournant des années 1960-1970. C’est mouvement forcé qui est pourtant une conséquence directe de ce passé douloureux vécu par les fils et filles du continent. Cette malheureuse conséquence est aujourd’hui devenue injustement la cause de tous les maux en Occident. Aujourd’hui, en Europe, la question de l’immigration surtout des Africains noirs est exploitée à fond par plusieurs partis d’extrême droite européenne, des partis populistes. Ces partis violents, prêts à tous pour nous faire revivre les périodes troubles des années 1914-1918 et 1939-1945 sont les principaux responsables de la fulgurante montée du racisme en Occident ces dernières années. Galvanisés par les événements du 11 septembre 2001, ces fachos des temps modernes font le va et vient entre le Noir et l’Arabe qu’ils accusent de tous les péchés d’Israël. Ils sont prêts à réduire ces peuples à néant tellement leur cœur est rempli de chagrin et de mauvaises intentions. Grâce à leur discours haineux, à leurs paroles remplies d’intolérance, de méchanceté, de mépris, une cohabitation normale n’est plus possible entre des habitants d’un même pays européen. Grâce à leurs manipulations tous les esprits se sont embrouillés, à cause de leur attitude horrible mais pleinement assumée, désormais s’afficher publiquement raciste et intolérant est devenu la mode et la règle en Europe. Grâce à eux, les couples mixtes se posent de plus en plus de questions. Il n’y a aucun doute l’Afrique noire et ses enfants sont victimes d’un complot long et silencieux minutieusement orchestré par des hommes et des femmes sans pitié, sans vergogne cachés entre des murs dans leurs bureaux en Occident. Il est temps que ce complot qui a tant duré soit déjoué et cesse ! Chers Africains et Africaines, soyez donc avertis : vivre comme étranger et surtout être noir et musulman aujourd’hui en Occidentaux et surtout en Europe, c’est attirer sur soi tous les regards négatifs, c’est passer tout son temps à faire attention contre un ennemi pour la plupart du temps invisible ou hypocrite, contre un ennemi qui te sourit et la minute après court pour te dénoncer. Faire attention, faire encore attention et sans jamais savoir pourquoi faire attention, mon Dieu comment y arriver ? Après avoir fait un diagnostic des raisons lointaines et profondes qui expliquent le racisme, voyons à présent quelles sont les raisons immédiates ou plus proches qui ont contribué à accentuer ce phénomène en Occident.

Les commentaires sont fermés.