Modern technology gives us many things.

Les besoins des fédérations sportives au Sénégal estimés à 4,5 milliards : l’Etat ne donne que 900 millions CFA

mbagnick ndiaye 2En plus du maigre budget alloué aux compétitions internationales 2013 (900 millions pour une demande de 4,500 milliards), certaines Fédérations sportives n’ont pas pu disposer de la totalité de leur enveloppe.  Le cyclisme, le taekwondo, le canoë kayak entre autres disciplines se sont contentés de peu par rapport au montant initialement prévue.

 

Les besoins de Fédérations sportives sénégalaises pour les compétitions internationales 2013, étaient estimés à 4,500 milliards de FCfa.

Mais l’Etat n’a pu dégager qu’une enveloppe de 900 millions à répartir entre une trentaine de Fédérations. Le Comité national olympique et sportif sénégalais (CNOSS) s’est ensuite mis à une gymnastique pour essayer de dispatcher cette enveloppe longtemps décrié par les différents acteurs, déplorant le manque de considération de l’Etat pour le sport.

Et quand le football s’est taillé la part du lion en s’adjugeant d’une enveloppe de 300 millions, suivie de la Fédération de basketball (170 millions), d’autres instances fédérales peinent à toucher la globalité du montant qui leur avait été prédestiné.
C’est le cas de la Fédération sénégalaise de cyclisme. «Il avait été retenu une enveloppe de 15 millions pour le cyclisme. Malheureusement, il nous a été alloué que 2 millions», déplore Alioune Diop président de ladite structure.

Et d’ajouter : «ce qui fait que nous avons raté le tour du Burkina Faso. Pour le Grand Prix Chantal Biya (Cameroun), nous avons préfinancéà hauteur de 3 millions. LEtat nous a donné 2 millions pour que nous puissions participer au tour de la CEDEAO». L’argument servi par le département sport, selon M. Diop «c’est que le ministère n’est pas nanti».

La même récrimination est notée au niveau de la Fédération sénégalaise de Taekwondo. «L’enveloppe qui avait été réservée est de 25 millions. Ce qui nous a permis de prendre part aux championnats du monde de taekwondo au Mexique et à la coupe du monde Francophone au Vietnam», souligne Fodé Sakho. Pour la coupe du monde par équipe en Côte d’Ivoire, le président de linstance fédérale ? «Cest nous-mêmes qui avons financé cette compétition», répond le président de l’instance fédérale.

Et d’ajouter : «nous avons dautres échéances comme les championnats dAfrique à Kigali au mois de janvier prochain où nous devons aller défendre 11 médailles acquises à Madagascar».

Quid de la Fédération sénégalaise de canoë-kayak et d’aviron ? Ady Fall que nous avons joint au téléphone soutient que «lEtat a financé 80 à 85 % du budget de 10 millions qui nous avaient été alloués. Ce qui nous a permis de prendre part aux compétitions mondiales à Duisburg et aux championnats d’Afrique à Tunis».

Avant de préciser : «nous navons pas tout consommé, certes. Mais, on a obtenu lessentiel. Ça na pas été facile. Nous savions aussi que nous ne pouvions pas dépasser deux compétitions. Le CNOSS nous a permis de prendre part à la dernière compétition».

Pourtant du côté du département des Sports, on soutient que toutes les disciplines retenues lors de l’arbitrage budgétaire ont bénéficié d’un soutien de l’Etat.

«Nous avons pu accompagner toutes les Fédérations sportives sans exception. Aucune d’entre elles, ne dira le contraire. Ce, nonobstant les difficultés que nous rencontrons», tranche Mamadou Abdoulaye Diakhaté de la Direction de la Haute Compétition (DHC).

Toutefois, s’est-il empressé d’ajouter : «il est maintenant vrai que nous avons quelques problèmes parce quil fallait aussi assurer une participation du Sénégal aux Jeux islamiques qui se sont déroulés en Indonésie».

Pour rappel, Balla Dièye, Gorom Karé, Bineta Diédhiou et Mbassa Sakho avaient disputé ces joutes. Ils sont revenus avec trois médailles de bronze.

Sud Quotidien

Les commentaires sont fermés.