Modern technology gives us many things.

Les ‘Apéristes’ démontent Seydi Gassama de Amnesty international

seydi gassamaLe rapport publié par Amnesty international Sénégal sur la situation des droits humains au Sénégal n’agrée décidément pas l’Alliance pour la république (parti au pouvoir). Au lendemain de la sortie de Seydi Gassama et cie, la formation politique de Macky Sall a vivement répliqué en indiquant que le rapport en question contient un certain nombre de «conclusions hâtives et injustifiées, lesquelles ne reposent sur aucune réalité».

Pour les membres de l’Apr, et particulièrement de son secrétariat exécutif national, les « jugements de valeur contenus dans ce rapport, qui caractérisent la situation de notre pays de préoccupante et régressive manquent bizarrement de logique et de fondement». En vérité, diront les partisans de Macky Sall dans un communiqué dont nous avons reçu copie hier, vendredi 24 mai, aucun reproche objectif ne peut valablement être fait au Gouvernement du Sénégal qui a suffisamment montré sa détermination à lutter contre l’impunité, renforcer les droits des citoyens en matière d’éducation et de santé, améliorer la liberté de presse, protéger l’intégrité physique des individus, voire restaurer la justice sociale et l’égalité des citoyens devant la loi.

Déplorant les propos d’Amnesty International Sénégal, avec la plus grande fermeté, l’Apr a tenu à indiquer que «l’exercice plein des droits humains ne souffre d’aucune entrave sur l’étendue du territoire du Sénégal, lequel ne détient aucun prisonnier politique». Et de préciser par ailleurs qu’aucun cas de torture avérée, décès en détention ou assassinat ou tentative d’assassinat politique encore moins de violence politique n’a été relevé durant la seconde alternance.

Ranger, dans ce contexte, le Sénégal au rang des pays tyranniques du seul fait qu’une marche a été interdite par une autorité administrative compétente relève, selon les partisans de Macky, « de la volonté manifeste de délégitimer les efforts importants du Gouvernement du Sénégal en matière de protection des droits humains au risque de dégrader volontairement l’image de notre pays».

C’est pourquoi, en connaissance de cause, l’Apr a tenu à exprimer son soutien total au Gouvernement et au président de la République pour qui, «le seul défi qui compte, à leurs yeux, est celui de l’élargissement des droits de citoyens, la gouvernance vertueuse et la prise en charge efficace des préoccupations légitimes des Sénégalais». Dans la foulée, les membres du parti présidentiel ont invité le Gouvernement à ne point se laisser distraire. Et surtout, à consolider «l’espoir né le 25 mars 2012 en d’accélérant le rythme pour délivrer les solutions attendues par les populations précarisées par la gouvernance du régime sortant qui les a tant meurtries». (Sud Quotidien 25/05/2013)

Les commentaires sont fermés.