Trump
FILE - In this Sept. 29, 2017 file photo, President Donald Trump talks to media as he walks across the South Lawn of the White House in Washington. Trump is lashing out at the mayor of Puerto Rico's capital city in a war of words over recovery efforts after Hurricane Maria smashed into the U.S. territory. Trump is out with a series of tweets criticizing San Juan Carmen Yulin Cruz for criticizing the Trump administration's hurricane response. The mayor has accused his administration of "killing us with the inefficiency." (AP Photo/Carolyn Kaster)

 

La démocratie n’est pas un système politique parfait, cependant, elle est le système politique le moins mauvais d’entre tous les systèmes politiques mis en œuvre par les hommes et les femmes dans le monde, jusqu’à maintenant. Toutefois, la démocratie, en tant que système politique qui exclue l’enquête de moralité et le contrôle à priori de la santé mentale des candidats à une présidentielle, ne peut empêcher un fou d’arriver au pouvoir.

L’exercice de la démocratie a permis à Donald Trump, un fou dangereux, pour la paix dans le monde, de devenir Président des Etats Unis d’Amérique. Les bonnes feuilles extraites de l’ouvrage explosif de Michael Wolff, « Fire and Fury: Inside the Trump White House » mettent en exergue l’instabilité mentale du Président Donald Trump, raillé par ses propres collaborateurs.

En recevant des sénateurs dont le républicain Lindsey Graham et le démocrate Richard Durbin pour discuter  d’un projet bipartisan visant à limiter le regroupement familial et à restreindre l’accès à la loterie pour la carte verte,  le Président Donald TRUMP, s’interroge lors des échanges « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici? »

L’objectif de ces échanges, entre le Président Donald TRUMP et les sénateurs nommés ci-dessus était de parvenir à « un accord qui permettrait d’éviter l’expulsion de milliers de jeunes qui sont arrivés enfants aux Etats-Unis». Ces propos racistes ont suscité une grande colère dans le monde notamment chez certains chefs d’Etats de pays africains tels que : le Botswana, l’Afrique du Sud et le Sénégal. Et relativement au Sénégal, la réponse aux propos racistes du Président Donald Trump n’a pas tardé à tomber. Le Président de la république M. Macky Sall rejette, condamne les propos  et exige du respect pour la race noire, pour Haïti et les pays d’Afrique à travers un tweet.

Sans parti pris, le Président de la république M. Macky SALL a fait montre à travers son tweet d’un  courage politique exemplaire en phase avec la devise de nos armées dont il est le commandant en chef « On nous tue. On ne nous déshonore pas »  En droit, tous les pays sont d’égale dignité. Donc, le Sénégal n’a pas moins de dignité que les Etats Unis d’Amérique.

Le Président Donald Trump semble s’être donné comme mission de déconstruire tout ce que ses prédécesseurs ont laborieusement construit en s’attaquant à des programmes éprouvés qui ont fait leurs preuves (Obama care).

Par ailleurs, le problème du monde avec le Président Donald Trump, réside dans le fait qu’il ne s’attaque pas qu’aux programmes qui concernent les citoyens américains mais remet en cause des acquis et des accords qui ont concouru jusqu’à maintenant à la stabilité du monde. Si le Président Donald Trump ne dénonce pas des acquis ou des accords, il brandit des menaces de sanctions économiques à tous azimuts. Non content de transférer l’ambassade des Etats Unis, de Tel Aviv à Jérusalem, il soumet à l’ONU une proposition de reconnaissance de Jérusalem comme la capitale de l’Etat d’Israël. Sur ce, il accompagne malheureusement sa proposition de menaces et d’intimidations à l’encontre des pays qui voteront contre. Sa défaite est sans appel ,128 pays ont voté contre, 9 se sont opposés, 35 se sont abstenus et 21 ne sont pas présentés.

Le Président Donald Trump menace la Corée du Nord puis se ravise. Il remet en cause l’accord avec l’Iran sur le nucléaire avant de se rétracter.  Il établit une liste de pays musulmans et interdit à leurs ressortissants l’entrée aux Etats Unis puis, contesté, il se ravise.

Bref ! Il ne suffit pas d’être un collaborateur quotidien du Président Donald Trump pour être capable d’observer son instabilité mentale. Ce qui est certain, il n’offre aucune perspective de stabilité et de paix dans le monde. Cependant, que faire face à un Président des Etats Unis d’Amérique, tout puissant ? Élu pour quatre ans, le Président Donald Trump jouit de toute la légalité et de toute la légitimé d’un Président des Etats Unis d’Amérique.

Gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple, la démocratie en tant que système politique est sans cesse perfectible.  Elle peut être améliorée en intégrant  dans son mode de fonctionnement deux paradigmes de contrôle de qualité des candidatures à la présidentielle à savoir : l’enquête de moralité et le contrôle de bonne santé mentale.

Dans le cadre d’un système politique démocratique, le candidat, à une présidentielle est choisi, par les militants de son parti à l’issue d’un scrutin. Celui qui a la majorité du vote des militants l’emporte sur les autres et devient officiellement le candidat du parti. Ce candidat du parti est choisi d’une part, sans contrôle à priori de sa santé mentale pour s’assurer qu’il jouit de toutes ses facultés mentales et d’autre part, sans enquête de moralité pour savoir, si le candidat est reprochable de quelque chose ou s’il est irréprochable.

La démocratie en tant que système politique telle qu’elle existe dans le monde n’offre, d’un côté, aucune garantie sur la bonne moralité du candidat à la présidentielle, futur Président de la république, faute d’enquête de moralité préalable et de l’autre côté, elle ne donne aucune garantie non plus sur la bonne santé mentale du candidat, futur Président de la république, faute d’un contrôle à priori de sa bonne santé mentale.

Si la démocratie en tant que système politique empêche celui qui a la force d’arriver au pouvoir et de l’exercer par la force, il ne peut pas en tant que système politique garantir aux peuples de porter au pouvoir, les meilleurs des hommes et des femmes.

En conséquence, l’introduction de critères de bonne moralité et de bonne santé mentale, parmi les éléments d’appréciation des dossiers de candidatures à une présidentielle, permettrait, sans nul doute, à la démocratie, en tant que système politique de porter au pouvoir, les plus vertueux des hommes et des femmes engagés dans une course à la présidentielle.

En résumé, le bien pour la démocratie, en tant que système politique est qu’elle empêche celui qui la force d’arriver au pouvoir par la force et de l’exercer par la force contre la volonté de la majorité du peuple. Et  le mal pour la démocratie, en tant que système politique est, qu’elle ne peut empêcher un fou d’arriver au pouvoir.

 

Vive le Sénégal !

Vive la république !

 

 

Par Baba Gallé DIALLO 

Email : babadediana@gmail.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here