égypte femmeTrois ans après le Printemps arabe, l’Egypte s’est hissée au premier rang des mauvais élèves du monde arabe en matière de droits des femmes, selon un sondage de la Fondation Thomson Reuters, publié mardi 12 novembre. Le pays arrive en dernière position parmi les 22 pays étudiés (21 pays de la Ligue arabe et la Syrie, qui en a été suspendue en 2011), précédé par l’Irak, l’Arabie saoudite, la Syrie et le Yémen. Un classement établi à partir des évaluations réalisées par 336 experts en droits des femmes au regard de la Convention des Nations unies pour l’élimination de toutes formes de discrimination contre les femmes (Cedaw, signé ou ratifié par 19 de ces pays).

A l’inverse, les Comores, où 20 % des portefeuilles ministériels échoient à des femmes, arrivent en première position de ce classement, devant le sultanat d’Oman, le Koweït, la Jordanie et le Qatar.

PARTAGER