Leonara mianoxibaaru.com – Le prix Femina 2013 a été attribué, ce mercredi 6, à l’écrivain camerounaise Léonora Miano pour son roman La saison de l’ombre. Elle y décrit une communauté africaine traumatisée par l’absence de plusieurs de ses membres disparus à la suite d’une nuit de gros incendie. L’histoire de La saison de l’ombre prend pour cadre un aspect méconnu de l’esclavage : il s’agit de  la traite vue du côté de ceux qui sont restés, et qui, parfois totalement désemparés, ont attendu jusqu’à leur dernier souffle une explication sur la disparition des êtres chers. « C’est un grand roman avec un souffle romanesque captivant. Nous avons affaire à un grand écrivain. Elle a l’avenir pour elle », a souligné la présidente du jury, Diane de Margerie.

En hommage à Christiane Taubira, Léonora Miano a déclaré, lors de la cérémonie de remise, que le prix Femina « revêtait un aspect symbolique après qu’une ministre française, Christiane Taubira a été traitée de Guenon. Ce n’est pas seulement elle qui est insultée, mais toutes personnes noires qui sont animalisée. Ce n’est pas seulement le roman en lui-même qui est symbolique, mais mon visage qui ressemble au sien. On aurait aimé que les réactions ne viennent pas seulement de nous mais du chef de l’État et que ceux qui l’ont insultée soient poursuivis par la loi.»

La saison de l’ombre est le septième roman de Léonora Miano. Elle née à Douala en 1973 et a étudié à partir de 1991 en France, où elle vit depuis.

Par ailleurs, le Femina du meilleur roman étranger a quant à lui été décerné au romancier américain Richard Ford pour Canada (L’Olivier).  Tandis que le prix Femina de l’Essai a été attribué à Jean-Paul et Raphaël Enthoven pour le Dictionnaire amoureux de Proust.

Balthazar xibaaru.com

PARTAGER