Modern technology gives us many things.

Le vérificateur général du Mali accuse la haute administration de corruption

mali vérificateur, amadou ousmane touréL’ancien procureur Amadou Ousmane Touré (photo) occupe le poste de Vérificateur général depuis bientôt trois ans. Son dernier rapport est accablant, notamment sur la gestion du PMU et l’attribution de la troisième licence de téléphonie mobile au groupe Planor Monaco Telecom. Pour lui, c’est l’ensemble de la nation qui est concernée par ce phénomène de corruption : « Aujourd’hui, ce sont essentiellement les services chargés de l’assiette, les services chargés du recouvrement. C’est-à-dire les services fiscaux ? Les services fiscaux, les services douaniers, les services domaniaux… Plus d’autres services, aujourd’hui, qui reçoivent des fonds des partenaires techniques et financiers : des services sociaux, sanitaires, des services de l’éducation… Aujourd’hui c’est l’ensemble de la nation qui est concernée par ce phénomène. Sur le PMU, le Pari mutuel urbain, on a eu 34 milliards de francs CFA de pertes. Trente-quatre milliards, cela représente quelque 3 % du budget de l’Etat du Mali. Je pense que le ministère de l’Economie et des Finances de la République du Mali devrait mieux veiller sur ses intérêts, au niveau du PMU. Je ne dis pas que le ministère de l’Economie et des Finances a une quelconque part de responsabilité, pénale ou administrative. Je dis que l’intérêt d’un suivi, d’une évaluation des intérêts de l’Etat, est absolument nécessaire. L’un des grands scandales du régime de transition, c’est l’attribution de la troisième licence de téléphonie mobile au groupe Planor Monaco Telecom. En fait, c’est une autorité qui a été créée pour appuyer le processus du dossier d’appel d’offre. Et cette autorité ad-hoc était sous la tutelle du ministère, à l’époque, des Télécommunications. Et lors de l’attribution de cette troisième licence, on peut penser qu’il y a eu favoritisme. Toutes les fois qu’il y a violation d’une règle de passation des marchés ou de délégation au service public au point qu’on ait besoin démontrer qu’il y a eu enrichissement, qu’il y a eu transfert d’argent, le fait de violer une disposition constitue en soi un délit de favoritisme. Mais nous ne l’avons pas retenu. Nous avons laissé cette recommandation ouverte. Il appartiendra au procureur d’entamer des poursuites et de décider s’il peut retenir le qualificatif de favoritisme ou pas ».

Sidy Niang/Dakar.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.