Modern technology gives us many things.

Le Tchad est le pays où l’on mange le moins bien : un enfant sur trois souffre de malnutrition

famine 6Selon Oxfam International (une confédération d’ONG), c’est au Tchad que l’on mange le moins bien. Et c’est aux Pays-Bas que l’on mange le mieux (même si le taux d’obésité est assez haut, la diversité alimentaire est excellente), puis en France et en Suisse.  Oxfam a réalisé ce «classement mondial de la situation alimentaire», en se fondant notamment sur des indicateurs de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) ou de l’OMS (Organisation mondiale de la santé). 125 pays pour lesquels les informations étaient disponibles figurent dans ce classement (d’ailleurs bien résumé sur une carte interactive). Les vingt premières places sont occupées par des pays européens (à part la huitième qui revient à l’Australie).

«Un festin à la table d’honneur, des miettes en fond de cale», écrit Oxfam… Le dernier pays du classement est donc le Tchad (où un enfant sur trois souffre d’insuffisance pondérale), derrière l’Ethiopie et l’Angola (où la volatilité des prix alimentaires est très forte). Dans les 30 derniers du classement général, on trouve des pays africains, mais aussi le Laos, le Bangladesh, le Pakistan ou l’Inde.

Les critères combinés ne sont pas la gastronomie ou les traditions culinaires, mais d’abord l’abondance: est-ce que l’alimentation est suffisante ou bien est-ce que l’on observe des situations de sous-nutrition? C’est au Burundi que la sous-alimentation est la plus forte.

Le second critère est la qualité: est-ce que les produits sont sains et diversifiés? Est-ce que l’accès à l’eau potable est assuré? L’Islande est au premier rang pour la diversité alimentaire, le Bangladesh et le Lesotho en dernier.

Comment nous avons calculé l’indice des pays

Nous avons identifié huit sources de données internationales fournissant des statistiques sur les aspects du marché de l’alimentation utiles à ce classement. Tous les chiffres utilisés sont issus des dernières données mises à disposition par des organismes mondialement reconnus tels que l’Organisation mondiale de la santé. Chaque source utilisant une échelle de mesure différente, il a fallu étalonner les données pour en assurer la comparabilité. Nous avons utilisé une méthode standard de rééchelonnement permettant de recalculer les valeurs sur une échelle allant de 0 (le meilleur résultat) à 100 (le résultat le plus mauvais). Cette méthode consiste à d’abord identifier les valeurs minimale et maximale dans les données de base pour attribuer aux pays correspondants les valeurs de 0 et 100, puis à mesurer l’écart entre chacun des autres pays et ces extrêmes.

Tous les pays pour lesquels des données étaient disponibles ont été inclus dans l’exercice de rééchelonnement, afin d’assurer un résultat final comparable à l’échelle internationale. Mais seuls les pays pour lesquels les huit indicateurs étaient disponibles figurent dans le classement définitif, à une exception près : pour la plupart des pays développés, il n’existe pas de données sur l’insuffisance pondérale infantile. Nous sommes donc partis du principe que les pays obtenant le résultat minimal à l’indicateur de la sous-alimentation étaient aussi parmi les mieux placés sur le plan de l’insuffisance pondérale infantile. La base de données porte donc sur 125 pays. L’absence de résultat minimal ou maximal à un indicateur montre qu’il existe des pays où la situation est meilleure ou pire, mais que ceux-ci ne sont pas inclus dans l’indice faute de données disponibles pour les autres indicateurs. Les données brutes sont également disponibles pour tous les pays.

 

Questions clés et indicateurs

Score le meilleur

Score le moins bon

Situation alimentaire (résultats combinés)

Pays-Bas (6)

Tchad (50)

1. Quantité

Plusieurs (28 pays obtiennent 0)

Burundi (89)

Sous-alimentation

Plusieurs (62 pays obtiennent 0)

Burundi (100)

Insuffisance pondérale chez les enfants

Plusieurs (28 pays obtiennent 0)

Inde (96)

2. Accessibilité financière

États-Unis (6)

Angola (90)

Niveau des prix alimentaires (relativement aux autres biens et services)

Pays-Bas (6)

Guinée (100)

Volatilité des prix alimentaires

Japon, Canada et États-Unis (1)

Angola et Zimbabwe (100)*

3. Qualité des denrées alimentaires

Islande (0)

Madagascar (86)

Diversité alimentaire

Islande (0)

Bangladesh et Lesotho (98)

Accès à l’eau potable

Plusieurs (32 pays obtiennent 0)

Mozambique (75)

4. Hygiène alimentaire

Cambodge (1)

Arabie saoudite (54)

Diabète

Cambodge (0)

Arabie saoudite (61)

Obésité

Bangladesh, Népal et Éthiopie (0)

Koweït (58)

Les commentaires sont fermés.