Modern technology gives us many things.

Le syndrome rwandais gagne la Guinée : les peuls et les malinkés s’affrontent à Conakry

La marche de l’opposition guinéenne a pris une allure inquiétante avec des affrontements communautaires dans maints quartiers de la banlieue de Conakry, a-t-on appris jeudi de sources concordantes contactés à Conakry.


manifestSi ce jeudi, en milieu de journée, les accrochages opposaient forces de l’ordre et manifestants au carrefour Bambéto, à Conakry, les affrontements ont pris une tournure ethnique à Coza, Petit Simbaya. , dans la proche banlieue de la capitale guinéenne.

Les heurts ont mis aux prises, par exemple, des Malinkés, ethnie du président guinéen, Alpha Condé aux peuls, communauté du principal opposant, Cellou Dalein Diallo.

Interrogés, de nombreux citoyens résidents dans ces zones ont confirmé avoir vécu des moments chauds vers 13 heures (GMT) avec des jets de pierre d’usage des machettes.

Un témoin confirme avoir vu un jeune homme admis dans une clinique de Coza après avoir reçu des coups à l’arme blanche sur sa tête à l’issue de ces bagarres.

Des opposants guinéens ont dénoncé des infiltrations d’une milice tribale habillée en civil. Ce qu’a démenti le porte-parole du haut commandant de la gendarmerie nationale.

Aux dernières nouvelles, les forces de l’ordre fortement déployées dans la commune de Ratoma font des tirs de sommation, alors que les citoyens sont terrés chez eux.

Si le pouvoir n’a pas donné des chiffres pour l’instant, l’opposition parle en revanche d’au moins 7 blessés dans ses rangs, dont les opposants Faya Millimouno et Marc Talliano.

Les commentaires sont fermés.