Modern technology gives us many things.

Le Sénégal sous le règne d’un trust politique: main basse sur la démocratie

 macky comQuand politiciens, journalistes et société civile s’entendent, quid de la démocratie ?

Aujourd’hui au Sénégal, la société civile, la société politique et la presse ont décidé d’abolir les frontières qui existaient entre elles et qui leur permettaient de s’équilibrer réciproquement. La presse et la société civile ont massivement déserté leur position originelle de contre-pouvoir pour rejoindre la sphère du pouvoir politique. La république officieuse qui s’est joué des Sénégalais durant les huit dernières années est maintenant aux commandes. Le résultat immédiat de tout cela est que la voix du peuple est de moins en moins audible parce qu’étouffée par le peu d’espace qui lui est réservée.

Pour la première fois dans l’histoire politique de notre pays on assiste à une coalition politico-médiatique aussi hétéroclite : des hommes politiques que rien de sérieux ne lie, des journalistes, des défenseurs présumés des droits de l’Homme, des entrepreneurs, des banquiers et des alliances tacites à la tête de quelques groupes de presse. Après avoir persuadé le peuple que ses ressources ont été pillées et placée à l’étranger, ce trust politico-médiatique s’est entendu sur la façon dont il fallait « gérer » l’opinion publique : le même discours est inlassablement et emphatiquement répété avec la même syntaxe, le même ton quasi monastique. Voilà comment la médiocrité est présentement sublimée en excellence et que la grande fumisterie médiatique est opérationnelle sous nos cieux. La grande arnaque des Assises a pourtant montré que la seule chose qui a vraiment intéressé les tenants de l’actuel régime c’est de dégager Wade pour prendre sa place. Sinon, comment comprendre qu’après avoir tympanisé les Sénégalais avec les Assises, ils n’aient jamais réussi à s’entendre autour d’un candidat contre Wade ? On se rappelle les certitudes dogmatiques de quelques forts en gueule qui présentaient les Assises comme la panacée du mal du siècle. Tout ceci n’était alors que de la propagande destinée à manipuler les Sénégalais et à masquer un profond manque d’inspiration d’hommes et de femmes uniquement liés par deux choses : leur désir de puissance et leur phobie de Wade. Maintenant que la rigueur de la gestion du pouvoir met à nu leurs carences et leur extrême mauvaise foi, les composants du trust politique veulent réduire en silence toutes les voix libres après avoir enrôlé les grands aboyeurs. On a fanatisé des jeunes, on a formaté des esprits dans la diabolisation sans vergogne d’adversaires politiques qu’on traite sans retenue de voleurs, on se permet d’agonir les personnes et les actes dont on faisait naguère l’apologie, on légitime des actes de mal gouvernance dont la dénonciation a été la rampe de lancement de sa carrière politique, on se sert impudiquement de la caution morale et intellectuelle de quelques-uns pour entraver le libre examen des autres. Le trust politique est maître dans l’art d’instiller dans les consciences la pensée unique : il se lie d’amitié avec tous les journalistes redoutés pour leur pouvoir de dissolution, il désacralise le marabout pour plaire à la société civile et ne se gêne pas d’aller après se prosterner devant ces mêmes marabouts, il soudoie des syndicalistes en leur aliénant, en vue de contenter leur égo, un mouvement populaire dévoyé. Le trust politique est maître dans l’art du reniement et du média-mensonge : les enseignements naguère ennoblis sont aujourd’hui diabolisés et leurs avancées mises en berne ou simplement remises en cause, élèves qu’on a failli faire faire une année blanche pour assouvir le désir du pouvoir sont aujourd’hui délestés de leurs libertés.

Légende : Le trust désigne une fusion ou une entente de sociétés dans le but de limiter la concurrence et de prendre le contrôle du marché ou encore une entreprise ou groupe d’entreprises qui exercent leur toute-puissance dans un secteur économique particulier

Alassane K. KITANE, professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Seck de Thiès

Les commentaires sont fermés.