semencesxibaaru.com – La législation sénégalaise de 1994 sur la certification des semences a eu beaucoup d’influence et a servi de modèle aux lois harmonisées d’Afrique de l’Ouest en matière de qualité de la production des semences. Mais au niveau national, Dakar est confronté à une pénurie de personnel et de matériel qui entrave le contrôle de la qualité.

Des semences de qualité peuvent faire toute la différence entre une excellente récolte et un mauvais rendement des cultures, notamment pour les petits agriculteurs qui ont rarement accès à d’autres intrants agricoles essentiels tels que les engrais, le matériel agricole motorisé et les pesticides.

Selon l’Institut sénégalais de recherche agronomique (ISRA), la qualité des semences compte pour 30 pour cent de la récolte.

« La qualité des semences au Sénégal – et dans toute l’Afrique – est un gros problème, notamment en période d’insécurité alimentaire persistante », a déclaré Ebrima Sonko, directeur national d’Oxfam America au Sénégal.

« On a besoin [de semences de qualité] pour survivre. Les semences de mauvaise qualité perpétuent le cycle des crises alimentaires, ce à quoi nous assistons depuis quelques années. Les semences certifiées et de bonne qualité sont vraiment importantes. »

Les réglementations de l’Afrique de l’Ouest de 2008 sur les semences certifiées s’étaient en partie inspirées de la législation sénégalaise qui avait fixé les règles de déclaration, de production, de certification et de vente des semences.

Mais les experts ont affirmé qu’en pratique, une série d’obstacles avait surgi depuis l’entrée des entreprises privées dans le secteur, lors de la vague de libéralisation des années 1990, et la fin du monopole gouvernemental sur la production des semences.

La loi oblige le gouvernement à fournir 40 000 tonnes de semences certifiées pour les cultures d’arachides, sur les 120 000 tonnes annuelles requises.

Le reste provient d’entreprises privées. Cela signifie que le gouvernement doit ensuite contrôler et certifier 80 000 tonnes de semences, une tâche qui n’est pas menée à bien par manque de personnel, a expliqué un fonctionnaire d’État qui souhaite rester anonyme.

PARTAGER