foot sénégal 2002En séjour à Saly-Portudal, l’ancien gardien des Bleus (France) a estimé, à propos des barrages de la Coupe du monde 2014 en Afrique, que le Sénégal doit mettre 2002 derrière et se projeter sur autre chose pour construire un avenir meilleur en football. « Je pense que le Sénégal doit s’inventer un futur, oublier 2002 -qualification en quart de finale de la coupe du monde- », a souligné l’ancien portier international présent à l’inauguration des locaux de l’institut, Diambars, fondé en 2003 et dont il fait partie des initiateurs de ce projet qui s’appuie sur le football pour former des jeunes à devenir des acteurs du développement au Sénégal.
S’exprimant sur le football sénégalais, l’ancien gardien du Paris Saint Germain (Psg) et de Lille, estime qu’avec ce qui se fait à Diambars et dans les autres centres de formation, il y a de quoi préparer sereinement le futur.

Sur le match retour contre la Côte d’Ivoire, Bernard Lama pense que quand on questionne le passé entre les deux équipes, on peut dire que le Sénégal n’a pas beaucoup de chance et que le passé et le fait que le match se jouera à l’extérieur sont de sérieux handicaps pour les Lions. Mais, à ses yeux, les Lions ne doivent pas aller à ce match avec le sentiment d’être déjà battu. « Il leur faut créer un exploit, ce qui est toujours possible en football », a avancé le champion du monde 1998 avec la France.

 

Balthazar xibaaru.com

 

PARTAGER