Journée mondiale des toilettes : 610 millions d’Africains n’ont pas accès à des toilettes dont 67 % de la population rurale sénégalaise.

 toilettesEncore une journée mondiale ! Celle des toilettes, initiée pour la première fois par l’Onu et célébrée ce mardi 19 novembre. Il s’agit, en fait, d’un évènement créé en 2001, mais qui est reconnu, pour la première fois, cette année et dont l’objectif est de sensibiliser sur l’insuffisance majeure de l’usage des toilettes par les populations et leurs conséquences. Et c’est pour signaler, entre autres, que l’accès aux latrines, un sujet qui peut prêter à sourire, n’est pas à la portée de tous. En effet, l’instance internationale informe qu’un nombre de 2,5 milliards de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès à des toilettes. Parmi elles, 610 millions de personnes se trouvent en Afrique subsaharienne. Ce qui représente un danger aux conséquences dévastatrices sur la santé publique et le développement.

Selon le collectif d’Ong « Coalition Eau », en l’absence de toilettes, la manière alternative de se soulager c’est en pleine nature, dans des sacs plastiques, à proximité d’habitations ou de points d’eau. Ce qui engendre de graves risques sanitaires. Bilan : chaque année dans le monde, 2 millions d’enfants de moins de cinq ans décèdent de la diarrhée, causée principalement par un manque d’assainissement et d’hygiène.

Au Sénégal, une grande partie de la population rurale n’a pas accès à des toilettes. Or, avoir des toilettes dans une maison est une nécessité absolue. Au cours d’une conférence de presse tenu, ce lundi, à Dakar, l’Ong Wateraid a tablé sur ce problème silencieux et pourtant réel pour souligner que  67 % de la population rurale n’a pas accès à des toilettes. Dans les villes ils sont encore 37 %. Coordonateur du Forum social sénégalais, Mamadou Diouf analyse en ces termes : «La fonction des toilettes dans une maison n’est pas un luxe, c’est une nécessité absolue qui répond à un besoin naturel. Il faut donc avoir des toilettes dans les maisons, dans les écoles, parce que les maladies diarrhéiques constituent encore la 3ème  cause de mortalité infantile ! »

Le hic, c’est qu’en Afrique au Sud du Sahara, les gouvernements ne consacrent même pas 0,5 % de leur budget à l’assainissement. « Les politiques d’assainissement ne les intéressent pas, tout simplement parce que ça n’est pas visible, parce que ce sont des tuyaux enfouis sous terre. Ce qui les intéresse ce sont des monuments, des routes parce que ça peut rapporter gros en termes de dividendes politiques lors des élections. Voilà tout le problème. Et c’est pourquoi cette journée pour rappeler qu’il est important d’investir dans les toilettes, pour un assainissement, est primordiale », tonne Amadou Kanouté, directeur exécutif du Cicodev, l’Institut panafricain pour la citoyenneté, les consommateurs et le développement. Il estime qu’il est temps de remobiliser la volonté politique.

 

Balthazar xibaaru.com avec RFI & J.A 

PARTAGER