Modern technology gives us many things.

Le Rwanda, pays chouchou des économistes

kigali 1Passé tragique, avenir prometteur. Deux expressions qui caractérisent bien le Rwanda, petit pays d’Afrique de l’Est qui se démarque par son dynamisme et ses réformes économiques. « C’est un pays qui performe sur le plan économique et qui épate les économistes », affirme Diane Belliveau, directrice de l’Afrique, chez Exportation et développement Canada (EDC). Ce pays de 11,5 millions d’habitants – le plus densément peuplé d’Afrique – devrait enregistrer une croissance économique de 6,5 % cette année, selon le Fonds monétaire international (FMI). Et en 2014, le Rwanda devrait même faire mieux que la Chine : 7,5 % par rapport à 7,25 % pour l’économie chinoise, prévoit le FMI. La croissance économique du Rwanda est aussi beaucoup plus élevée que la moyenne de l’Afrique subsaharienne, qui devrait s’établir à 5,2 % l’année prochaine, selon l’Economist Intelligence Unit, une division du groupe The Economist.

Ainsi, de 2008 à 2010, le pays est passé du 150e au 58e rang sur 183 États du classement annuel Doing Business de la Banque Mondiale. Et le Rwanda devrait grimper au 32e rang en 2014. Par exemple, y créer une entreprise est assez facile, tout comme obtenir du crédit. En revanche, se faire délivrer un permis de construction et transporter des marchandises dans les pays voisins demeurent difficiles.

Les secteurs forts

La demande intérieure est le principal moteur de la croissance économique rwandais, soulignent les analystes de Coface, une firme française assurant les risques commerciaux des entreprises à l’étranger. Par exemple, les secteurs des services (commerce, services financiers et tourisme) représentent la moitié du PIB.

L’industrie (15 % du PIB) est dominée pas la construction, mais elle est « pénalisée par le déficit d’infrastructures et la concurrence du Kenya », écrivent les analystes de Coface dans une récente note sur le Rwanda. L’activité économique est aussi soutenue par les investissements publics dans la production et la distribution d’énergie, sans parler des transports.

Le Québec exporte surtout des avions Les exportations canadiennes sont minimes au Rwanda, mais elles progressent très vite. Depuis cinq ans, elles ont été multipliées par douze, à 51 millions de dollars canadiens. Et ce sont essentiellement des livraisons d’avions et des véhicules en provenance du Québec.

Le Rwanda importe principalement des produits agroalimentaires, de la machinerie et des équipements, de l’acier, des produits pétroliers, de même que du ciment et des matériaux de construction. Le pays exporte surtout du café, du thé et du minerai d’étain.

La Chine est l’un des principaux partenaires commerciaux du Rwanda, de même qu’un investisseur clé, notamment dans le secteur des infrastructures. En 2011, les investissements étrangers privés au Rwanda ont totalisé 357 millions de dollars américains, en hausse de 4,1 %, selon la National Bank of Rwanda.

 Malgré ses avancées économiques, le pays fait face à d’importants défis, disent les analystes. Son économie est encore très dépendante de l’aide internationale et du prix des matières premières. Le pays doit aussi mieux éduquer et former sa population – surtout les jeunes – pour qu’ils puissent occuper les nouveaux emplois qui se créent dans le pays.

Les commentaires sont fermés.