Modern technology gives us many things.

‘’Le régime sortant a perpétré un crime foncier odieux au niveau du CICES” selon…

cices dg

Cheikh Ndiaye (photo), Directeur général du Centre international du commerce extérieur du Sénégal (Cices), 48h après l’ouverture de la 22ème édition de la Foire international de Dakar (Fidak) est revenu sur l’importance de l’économie dans le pays, non sans aborder l’actualité politique nationale.
Le directeur général du Cices se réjouit de la mobilisation record lors de cette présente édition de la Fidak qui enregistre la participation de 22 pays et 227 entreprises. Pour Mr Ndiaye, ce record trouve sa justification dans la réussite de la précédente édition. « La 21ème Fidak a fait la promotion de la 22ème Fidak », dit-il. Même s’il déplore, par ailleurs les retards notés dans l’attribution des badges aux exposants, il explique cela par la « demande exceptionnelle » enregistrée lors de cette 22ème Fidak. « On n’a jamais connu ça au Sénégal », fait-il savoir, avant d’ajouter : « on a vendu tous les pavillons, on a fait la commande de beaucoup de chapiteaux et de bâches ; à chaque fois qu’une commande arrive et qu’on pense avoir solutionné le problème, la demande fait menace encore. Nous sommes soumis à une forte demande, telle qu’on règle le problème de façon dynamique. A ce jour, il y a quelques exposants qui n’ont pas encore reçu leurs badges mais d’ici ce soir ou demain matin au plus tard le problème sera résolu ». S’agissant des retombées financières pour le Cices, le directeur général se dit « certain » que « cette 22ème édition battra les records financiers de l’histoire du Cices » compte tenu de la forte demande.
Evoquant le problème de la trésorerie du Cices, Mr Ndiaye dira que la situation « était très tendue » avant qu’il n’arrive. Mais, depuis qu’il est là, « ça va très bien au Cices, ça a pris de l’élan ». Quid de la problématique du foncier ? Il reconnaît qu’il s’agit là d’un problème « difficile à régler » puisque, selon lui, « il y avait deux parties au Cices, la partie abritant les infrastructures; le périmètre autour, qui était consacré à la sécurité, c’est-à-dire c’était conçue tel que s’il y a une panique dans le Cices, incendie, bousculade,… les gens auraient la possibilité de fuir et de se réfugier dans ces espaces libres. Ça a été conçu ainsi depuis 1974 et c’était comme ça jusqu’en 2000. Avec le régime sortant, qui est un régime qui a un rapport diabolique avec le sol, un rapport avec le sol qui transcende la raison humaine ; ce régime-là a perpétré un crime foncier odieux au niveau du Cices, en donnant ces terres à des amis, des lobbys, et des gens se sont rués vers le Cices et ont construit comme des champignons, une construction qui ne respecte même pas les droits de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire ».
Abordant l’actualité politique, le cadre Apériste a donné son point de vue sur le vaste rassemblement politique en gestation qui aura la lourde tâche de succéder à la coalition Benno Bokk Yakaar, pour dire qu’un « militant est obligé d’être discipliné. La discipline est une vertu cardinale pour un militant sérieux et, je veux être un militant sérieux. Donc, je suis dans la posture de suivre mon parti dans tout ce qu’il initie comme stratégie de développement, comme stratégie politique et, ceci rentre dans le cadre du développement des stratégies politiques. Un vaste rassemblement créé par le président de a République du Sénégal, je ne peux qu’adhérer et j’adhère totalement ». Enfin, responsable de l’Alliance pour la République à Lambaye, Cheikh Ndiaye est déjà « sûr » d’être en lice lors des élections locales à venir, « si je ne suis pas candidat à Lambaye, qui sera candidat ? », s’interroge-t-il.

Les commentaires sont fermés.