Modern technology gives us many things.

Le Programme de Macky pour la Casamance est un leurre et une copie collée du PRAESC

Le mouvement pour l’émergence de l’initiative citoyenne au Sénégal (Miccs), par la voix de son président Mamoudou Daffé émet des doutes sur le bien-fondé du programme pour le développement de la Casamance (PPDC), du plan pour le Sénégal émergent (PSE). Xibaaru a parcouru le document transmis par M Daffé. Le militant de la citoyenneté s’interroge en ces termes : quels sont les objectifs dans le contexte de la région ? Quelle efficacité et efficience revêtent-elles ? Quels sont leurs impacts sur la marche et le développement des régions ? Concernant la venue du président à Ziguinchor et de la mobilisation qui a suscité cette visite. Il répond « les populations sénégalaises en général et celles de la région de Casamance en particulier se mobilisent très souvent à l’occasion de ce type d’événement, du fait probablement de l’espoir qu’il suscite chez elles, mais aussi et surtout en raison des rivalités politiciennes locales », il explique que les leaders politiques locaux, soit pour garder leurs positions de pouvoir soit pour y accéder, se font en effet un point d’honneur à montrer au Président qu’ils ont un maximum de militants et de sympathisants et se mettent en compétition entre eux pour le démontrer, en mobilisant des moyens financiers importants à cet effet. Il préconise que, « 54 ans après l’accession de notre pays à l’Indépendance, au vu des faibles impacts des projets successifs, il est nécessaire d’observer une rupture dans la démarche. Celle qui nous paraît la plus cohérente et la plus efficace est d’appuyer les activités et les projets pensés et initiés par les acteurs eux-mêmes ». En 2001/2003, juste avant la signature du dernier accord dit de paix, le gouvernement précédent a mis en place l’Agence Nationale pour la Relance des Activités économiques et sociales en Casamance (ANRAC) note le document. Cette agence a été créée en lieu et place d’une structure de pilotage et de coordination proposée dans le cadre du Programme de Relance des Activités Économiques et Sociales de la Casamance (PRAESC) dont la formulation a été pilotée par le Ministère de l’Économie des Finances sur les ressources de la Banque Mondiale, de l’Union Européenne, du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et dans une moindre mesure de l’USAID. Pour le militant des causes citoyennes le programme PPDC est une « copie collée » du Programme de Relance des Activités Économiques et Sociales de la Casamance (PRAESC). Autrement dit, les projets bénéficiant de l’appui des bailleurs devraient être articulés aux initiatives citoyennes locales. Ils devraient aussi être domiciliés au niveau des structures pérennes pour assurer leur durabilité avance-t-il. Le président du (MICCS) conclut « les responsables des projets, des agences et autres programmes devraient être choisis sur la base de leurs compétences et non de leur appartenance partisane. Objectifs recherchés? Quelle pertinence ».
Ousmane DEMBA à Sédhiou pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.