Modern technology gives us many things.

Le président nigérian Goodluck Jonathan en Gambie, après la Guinée-Bissau

goodluck yahya jammehBANJUL, (AFP) – Le président nigérian Goodluck Jonathan est arrivé vendredi soir à Banjul pour une visite de deux jours, sa première en Gambie, après un bref déplacement en Guinée-Bissau, selon des sources officielles gambienne et nigériane. Le président Jonathan a été accueilli à l’aéroport par son homologue gambien Yahya Jammeh, et a eu droit à un accueil chaleureux. De nombreux habitants ont salué les deux dirigeants sur le trajet entre l’aéroport et l’hôtel de résidence des Nigérians, a constaté un journaliste de l’AFP. La délégation du président Goodluck Jonathan, dont c’est la première visite en Gambie, comprend notamment les ministres de la Défense et des Affaires étrangères. Selon un communiqué de la présidence gambienne, les deux chefs d’Etat auront des entretiens sur la coopération entre leurs pays, tous deux ex-colonies britanniques. Le Nigeria est l’un des plus importants alliés de la Gambie depuis son indépendance, avec longue histoire de coopération dans les domaines militaire, judiciaire et de l’éducation. Avant la Gambie, Goodluck Jonathan s’était rendu quelques heures vendredi après-midi à Bissau « pour exprimer sa solidarité » aux Bissau-Guinéens et à leurs autorités de transition installées à la suite du coup d’Etat militaire du 12 avril 2012, selon un communiqué de la présidence nigériane reçu par l’AFP à Lagos. Dans un discours à l’Assemblée nationale bissau-guinéenne réunie en session extraordinaire, il a dénoncé des attaques en octobre contre des citoyens nigérians accusés de rapts d’enfants à Bissau, lynchés à mort, et contre l’ambassade nigériane dans cette ville par des manifestants en colère. Il a aussi exhorté les militaires à respecter la démocratie et les règles établies par la Constitution dans l’intérêt de la Nation, affirmant que la communauté internationale n’était plus disposée à tolérer l’ingérence des militaires dans la politique en Afrique comme ailleurs dans le monde. Pendant son bref séjour à Bissau, il s’est par ailleurs recueilli sur la tombe d’Amilcar Cabral, héros de la guerre d’indépendance de la Guinée-Bissau, et a rendu visite au contingent nigérian de la force ouest-africaine sur place, l’Ecomib, d’après la présidence nigériane. L’Ecomib a été déployée en mai-juin 2012 pour sécuriser la transition. Elle compte plus de 600 policiers, gendarmes ou militaires, fournis en majorité par le Nigeria. Avant de quitter Bissau, Goodluck Jonathan a assisté à la signature d’un accord de coopération pour améliorer les relations entre la Guinée-Bissau et le Nigeria. Le président intérimaire bissau-guinéen Manuel Serifo Nhamadjo lui a assuré que Bissau était engagé à organiser les élections générales (une présidentielle et des législatives) prévues pour avant la fin de l’année et censées mettre fin à la transition. (AFP 09/11/13)

Les commentaires sont fermés.