Modern technology gives us many things.

Le président de l’Union africaine à Kidal pour établir un cessez-le-feu

Le président en exercice de l’Union africaine (UA), le Mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, est arrivé vendredi 23 mai en fin de matinée à Kidal, pour arracher un cessez-le-feu aux rebelles touareg dans leur fief historique du nord du Mali mais aussi « relancer les pourparlers avec le gouvernement malien », selon un collaborateur du président mauritanien.
Le chef de l’UA va faire cette demande après le cessez-le-feu unilatéral décrété par le pouvoir à Bamako, qui a reconnu la perte de cette ville après les violents affrontements des derniers jours entre forces maliennes et groupes armés. Le président mauritanien est « accompagné de Bert Koenders », chef de la mission de l’ONU au Mali (Minusma), a précisé une source diplomatique.
Depuis mercredi, Kidal est ainsi aux mains de plusieurs groupes armés dont le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), rébellion touareg qui contrôlait déjà en partie la ville, chef-lieu de région à plus de 1 500 km au nord-est de Bamako.
CALME REVENU SUR LE TERRAIN
Après les affrontements meurtriers qui ont coûté la vie à une trentaine de personnes, la situation est redevenue calme vendredi dans deux villes du nord malien, dont Kidal, selon des habitants et des sources militaires étrangères dans la région. A Kidal, quelques dizaines de civils qui avaient fui les affrontements sont revenus, selon ces sources. Le calme régnait aussi à Ménaka (à environ 660 km au sud de Kidal), ont indiqué des habitants joints dans cette ville.

Sous couvert d’anonymat, un responsable politique malien a déploré, vendredi,« un grand dysfonctionnement » dans les rangs des forces armées mises en déroute par les rebelles touareg. « Il est clair que quelqu’un, au sein de l’armée, a pris une initiative qui n’était pas la sienne », a-t-il dit.
LE REDÉPLOIEMENT FRANÇAIS RETARDÉ
Quant à l’armée française, elle s’était fixé comme objectif d’être en mesure debasculer fin mai le poste de commandement Serval de Bamako vers N’Djamena, au Tchad, mais face aux violences qui ont éclaté à Kidal samedi dernier, Paris a décidé de décaler la réorganisation de son dispositif militaire dans le Sahel.
Selon le plan initialement prévu, 600 soldats français devaient quitter le Mali ces jours-ci, dont 300 pour le Tchad où la France installe un nouveau quartier général. Un millier environ devait rester sur place, à Gao.
Le retrait des forces françaises tel qu’initialement prévu devrait être engagé « d’ici un ou deux mois si ça évolue bien », a déclaré vendredi une source diplomatique française. Une autre source évoque un retrait partiel effectif d’ici à plusieurs semaines.

Les commentaires sont fermés.