ajaedo« La diaspora a un rôle à jouer dans le développement de chaque collectivité locale » a dit Mr Alimou Diallo (photo ci-contre) de l’association des jeunes agriculteurs et éleveurs du Département d’Oussouye (AJAEDO). Selon Mr Diallo, la presque totalité des cadres de concertation des collectivités locales de la région de Ziguinchor sont en léthargie et ne fonctionnent pas. La cause de ce dysfonctionnement est liée au manque de formation des membres des différents comités qui composent ces cadres. Pour développer les collectivités locales et les villages, il ne faut plus tout  attendre les programmes de l’état, les cadres de concertations et rapport avec les conseils des collectivités locales doivent prendre leurs propres initiatives pour identifier et élaborer des projets au niveau de la base et les faire remonter. Le Président de l’AJAEDO a indiqué que « ces cadres ne se réunissent que pour l’élaboration des plans annuels d’investissement (PAI) et attendent tout de l’état  avec le PNDL ou d’autres programmes». Pour lui, les populations doivent élaborer leur PLD (plan local de développement) et contacter la diaspora qui doit elle aussi chercher des partenaires à son niveau pour la réalisation de ces projets qui émanent de la base car l’état ne peut pas tout faire. C’est pourquoi il faut explorer d’autres créneaux et la contribution des expatriés et la coopération décentralisée en sont de parfaits modèles.  Des projets allant dans le sens de la gestion et la revalorisation des ressources de la région peuvent être développés. Alimou Diallo pense que les
émigrés ne rentrent pars qu’ils n’investissent pas chez eux, conséquence, ils préfèrent rester à l’étranger. L’AJAEDO animait un atelier sur la redynamisation du cadre de concertation de la communauté rurale de Tenghori (Bignona) dans le cadre du PROPAIX, programme financé par l’état du Sénégal et la banque mondiale pour le retour de la Paix en Casamance.

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

PARTAGER