bad ceaLa 8ème conférence économique africaine a ouvert ses travaux, lundi à Johannesburg, avec comme point d’orgue l’intégration régionale en Afrique et son rôle dans le renforcement de la croissance économique et du bien-être des populations du continent africain.


Initiée par la Banque africaine de Développement (BAD), la Commission économique de l’ONU pour l’Afrique (CEA) et le PNUD, cette conférence a été ouverte par Donald Kaberuka, Président du Groupe de la BAD, Mme Dlamini Zuma, Présidente de la Commission de l’Union africaine (CUA), Abdalla Hamdok, Secrétaire exécutif adjoint de la CEA et le ministre sud-africain des Finances, Pravin Gordhan.

Venus de toute l’Afrique et du monde entier, les participants ces assises débattront, trois jours durant, des problématiques liées aux efforts accomplis par les pays africains afin de joindre leurs forces et d’intégrer leurs économies dans l’optique de développer leur économie, tant régionale que nationale.

La conférence sera également l’occasion de se pencher sur les efforts qui sont déployés dans différents secteurs et domaines, tels que la finance, les infrastructures routières, les pools énergétiques, la gestion des ressources en eau, la convergence fiscale et la mobilité des travailleurs.

Au cours de la dernière décennie, l’Afrique a connu une croissance économique soutenue, qui, toutefois, ne s’est traduite que par un léger renforcement de la compétitivité. Par ailleurs, cette croissance n’a que faiblement contribué à améliorer la qualité de vie des citoyens africains.

En effet, des faiblesses subsistent tant dans la qualité des institutions, des infrastructures, des politiques macroéconomiques et de l’éducation que dans l’adoption de nouvelles technologies. Et de grandes différences existent entre les économies africaines, notamment entre les mieux classées et les plus faibles.

Selon Donald Kaberuka, «Ce grand rassemblement ne doit pas uniquement servir à plaider une fois de plus pour l’intégration régionale : il doit nous donner l’occasion de trouver les voies et moyens de permettre au continent d’accéder à l’étape suivante et de faire de l’Afrique un pôle de croissance mondial à part entière.

Il a, à cet égard, appelé à prendre des mesures énergiques pour éliminer les obstacles non tarifaires, faciliter les échanges commerciaux et améliorer la libre circulation des personnes. « L’Afrique a la volonté politique et la vision stratégique nécessaires pour y parvenir. C’est le bon moment ! », a-t-il renchérit.

« L’intégration économique suscitera indéniablement la transformation économique et l’industrialisation de l’Afrique. Cette dernière permettra, via l’exploitation des ressources naturelles, d’accroître la valeur des exportations du continent et, de ce fait, de stimuler la création d’emplois », a, pour sa part, assuré, le Secrétaire exécutif adjoint de la CEA Abdalla Hamdok.

Bien que les avantages liés à l’intégration régionale soient désormais bien connus et qu’un grand nombre de cadres juridiques aient été mis en place, le plus grand défi consiste à définir les moyens d’avancer sur ces points. L’harmonisation des normes et des règlements, le renforcement des capacités des ressources humaines et la mobilisation des dirigeants ainsi que leur volonté politique figurent parmi les principaux écueils à surmonter.

HA/od/APA

PARTAGER