donald badLe Rwandais Donald Kaberuka est le président de la Banque africaine de développement (BAD). Il réagit à l’affirmation de Sanusi Lamido Sanusi, le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria, qui déclarait récemment : « La Chine s’empare de nos matières premières et nous vend des biens manufacturés. C’est l’essence même du colonialisme ! ».

« Il ne m’appartient pas de juger les propos de mon ami Sanusi Lamido Sanusi, mais je crois que les relations entre la Chine et l’Afrique dépendent avant tout des Africains eux-mêmes. Il nous appartient, à nous Africains, de définir clairement la nature de ces relations. Pour ma part, je crois que les relations avec la Chine ont été très utiles pour beaucoup de pays africains, surtout dans le domaine des infrastructures. Depuis bientôt dix ans, c’est la Chine qui domine pratiquement en matière de construction des chemins de fer, des ports maritimes ou des infrastructures pour l’énergie, et c’est une bonne chose parce que ces infrastructures ont permis à l’Afrique de décoller. Quant à la nature de ces relations, cela dépend entièrement des Africains. Et le problème n’est pas d’être d’accord ou non, mais plutôt de faire une analyse en profondeur de la situation. Le marché du pétrole, tout comme le marché minier et celui des autres matières premières, est en plein boom. C’est une chance pour nous. Cette fois-ci, il faut qu’on en profite pour bâtir nos infrastructures, financer l’éducation et développer nos pays. La demande pour les matières premières provient de tous les partenaires de l’Afrique et ne concerne pas que la Chine »

PARTAGER