Modern technology gives us many things.

Le PDS et l’APR veulent marcher le même jour dans la banlieue

La décision du préfet de Pikine est très attendue au sujet de la suite qu’il va réserver à la demande de marche du Parti démocratique sénégalais (pds) et de l’Alliance pour la République (Apr). Ces deux formations ont déposé, chacune, sur la table de l’autorité administrative une demande d’autorisation de marche pour le samedi prochain. Elles ont choisi le même jour, la même heure et le même itinéraire. Des observateurs craignent le pire en cas d’autorisation des deux manifestations.

 

 police 2Le Parti démocratique sénégalais (pds) et l’Alliance pour la république (Apr)  risquent de se frotter lors de leurs marches prévues le samedi 18 mai prochain dans l’après-midi. L’on nous informe qu’il y aurait deux marches parallèles si le préfet de pikine venait à autoriser les deux manifestations. Selon une source, le pds dont la marche « contre la vie chère et la libération de Karim Wade » avait été interdite il y a quelques jours par le préfet de pikine, est revenu à la charge en déposant sur la table de l’autorité administrative une autre demande d’autorisation de marche. C’est dans cette foulée que les femmes de l’Apr ont-elles aussi formulé une demande d’autorisation de marcher le même jour, sur le même itinéraire et à la même heure et au même lieu.

Cette fois-ci pour défendre le Président Macky Sall et sensibiliser sur le programme de Yonu Yokuuté.
Des observateurs sont en train d’épiloguer sur cette affaire et craignent que l’autorisation des deux manifestations le même jour, la même heure et au même endroit ne conduise aux affrontements entre les manifestants des deux formations politiques.
Il y a quelques jours, le 7 mai dernier, les jeunesses de la mouvance présidentielle n’entendant pas laisser les responsables libéraux «manipuler l’opinion», avaient promis d’organiser des contre-manifestations pour que cesse, disaient-ils, «la manipulation».

Les jeunes de la mouvance présidentielle appellaient, à cet effet, leurs camarades des régions et départements du Sénégal à «contrecarrer toute action allant dans le sens de manipuler les populations dans la traque des biens mal acquis».
Rappelons que le préfet de pikine avait refusé d’accéder, il y a quelques jours,  à la demande des libéraux qui voulaient marcher dans la banlieue, pour raison de troubles à l’ordre public.

Les commentaires sont fermés.