oumar sarr manifesteEn point de presse hier, mardi 8 octobre, tout juste après avoir battu le macadam dans les artères de Dakar, pour réclamer la libération de leurs frères emprisonnés et décrier les maux qui gangrènent le Sénégal en ces temps qui courent, l’opposition se dit satisfaite du fort taux de participation de la population sénégalaise à cette marche de protestation pacifique. Le face à face avec la presse qui s’est tenu à la permanence du parti démocratique sénégalais (Pds), a vu la participation de beaucoup de responsables politiques tels que Modou Diagne Fada, Oumar Sarr, Mamadou Diop Decroix, Mamadou Lamine Keita, Sitor Ndour, Doudou Wade, entre autres. Les artistes musiciens comme Pacotille, Bill Diakhou etc, ont aussi répondu à l’appel.

Doudou Wade, ancien député du Pds, ne cache pas sa joie : « je remercie toute la presse d’avoir couvert cette manifestation qui a été extrêmement importante. C’était une manifestation dirigée par ‘’Bollo Takhaw Askanbi’’ et aussi allié à Bokk Giss Giss, de Pape Diop et à beaucoup d’autres partis, pour participer à cette manifestation nationale appelée ‘’la marche de la colère du peuple’’.

Le pari de la manifestation est réussi». Nonobstant, les «diverses tracasseries du pouvoir», pour reprendre les termes des manifestants, et «visant à saboter la marche», les leaders de l’opposition «saluent la détermination du peuple sénégalais, car étant à mesure de protester dans des conditions difficiles». Modou Diagne Fada, ancien ministre sous le régime de Me Abdoulaye Wade souligne : «partout de la région du Cap Vert, les gens sont venus pour participer à la marche». Il poursuit : «le gouvernement a tout fait pour qu’il n’y ai pas de monde à notre manifestation. Une marche ne peut pas commencer à 14h et se terminer à 17h. Mais vous avez-vous la détermination et l’engagement du Pds pour battre le macadam».

Par ailleurs, l’opposition déplore l’acharnement dont elle est victime et les intimidations dont elle fait l’objet. En effet, Oumar Sarr, coordinateur du Pds explique : «quand ils nous ont convoqués à la Dic, c’était pour nous pour rappeler les dispositions de l’article 198 du Code Pénal  qui souligne que les auteurs de la marche seront passibles d’emprisonnement allant de 1 an à 5 ans, en cas de casse pendant la marche ». Oumar Sarr de renchérir : «ils ont arrêté au moins une cinquantaine de car au niveau de l’autoroute. Mais, vous avez vu qu’au moment où on arrêtait la marche à 17 heure, il y avait des militants qui arrivaient. Ils ont voulu sabotter, mais on ne peut pas sabotter le peuple».

Source Sud

PARTAGER