Modern technology gives us many things.

Le pays de Kabila renoue avec la guerre : l’armée et la rébellion du M23 s’affrontent à nouveau

Les Forces armées de la République démocratique du Congo (RDC) et la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23) se sont affrontés à nouveau mardi à Mutaho, dans le territoire de Nyiragongo, au Nord-Kivu (Est de la RDC), a-t-on appris de source onusienne. (Photo: Kabila et son premier ministre)


kabila et son pmDes tirs à l’arme lourde et légère étaient entendus depuis 7 heures locales (5 heures TU), a-t-on souligné.

Selon la source, les affrontements de ce mardi ont été confirmés par le porte-parole de l’armée congolaise au Nord-Kivu, le colonel Olivier Hamuli qui a accusé la rébellion d’avoir attaqué les positions des FARDC.

Les combats entre les deux parties avaient commencé lundi.

Dans un communiqué publié à Kinshasa, l’état-major général des FARDC accusait la rébellion du M23 d’avoir attaqué à trois reprises lundi les positions de l’armée nationale à Mutaho, soulignant toutefois que les rebelles ont été mis en déroute et que la situation sur terrain était sous contrôle des loyalistes.

La rébellion avait rejeté les accusations de l’armée, justifiant qu’il s’était agi plutôt d’une offensive menée contre la rébellion rwandaise des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).

Les affrontements de lundi ont provoqué des déplacements massifs des populations vers les localités environnantes, notamment Rusayo et Muja ainsi que vers Goma, la capitale du Nord-Kivu, où ils ont rejoint des camps des déplacés déjà existants.

Les affrontements entre l’armée et le M23 sont intervenus alors que le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, est attendu mercredi en RDC où il séjournera durant deux jours.

Ban Ki-moon devra se rendre jeudi à Goma, après des entretiens à Kinshasa avec les responsables de l’ONU et les autorités congolaises, notamment le président congolais Joseph Kabila Kabange.

Une brigade de l’ONU devra être prochainement déployée dans l’Est de la RDC afin d’y neutraliser une quarantaine de groupes armés nationaux et étrangers actifs, notamment le M23, les milices Maï-Maï et les FDLR.

Le M23 avait déjà exprimé son opposition au déploiement de cette brigade.

Les commentaires sont fermés.