pape françois 2CITÉ DU VATICAN, 1 novembre 2013 – Le pape François a demandé vendredi à tous les chrétiens de prier avec lui pour les 92 Africains morts dans le désert du Sahara et qui voulaient « trouver des conditions de vie meilleure », dans un nouvel appel fort à la solidarité avec les migrants. S’adressant à une foule dense assemblée sur la place Saint-Pierre à l’occasion de l’Angelus, en cette fête catholique de la Toussaint (fête des saints et saintes), François s’est écarté de son texte pour ajouter cette supplique, après avoir demandé de prier pour les chrétiens persécutés dans le monde. « De manière spéciale, je prierai pour tous ceux de nos frères et soeurs, hommes, femmes et enfants, morts victimes de la faim, de la soif, de la fatigue dans leur chemin pour trouver des conditions de vie meilleures. Ces jours-ci, nous avons vu sur les journaux ces images du désert cruel. Faisons tous en silence une prière pour ces frères et soeurs », a-t-il demandé, et la foule lui a immédiatement obéi, une silence impressionnant s’élevant des quelque 60.000 personnes présentes sur la place. 92 migrants –52 enfants, 33 femmes et 7 hommes– apparemment des Nigériens, qui cherchaient à rejoindre l’Algérie, étaient morts le mois dernier dans le Sahara. Le drame serait survenu à la suite d’une « panne de camions transportant des migrants en direction de Tamanrasset (sud) en Algérie », selon le gouvernement nigérien. Le Niger, l’un des pays les plus pauvres où les crises alimentaires sont récurrentes, est confronté, comme nombre Etats africains, à un phénomène d’émigration massif. Le décès de clandestins en plein désert, souvent abandonnés par leurs passeurs à une mort certaine, se révèle assez fréquent. La solidarité exprimée par le pape François aux victimes du désert, rejoint celle qu’il a exprimée à plusieurs reprises avec vigueur aux victimes de la mer, notamment après les naufrages survenus en octobre près de l’île italienne de Lampedusa. Le pape, lui-même fils d’immigrants italiens en Argentine, est très sensible au drame de la migration clandestine. Il a relevé à plusieurs reprises la légitimité de la volonté d’hommes et de femmes de rechercher un avenir meilleur pour leur famille, quand les guerres, les violences ethniques, les persécutions et la misère bouchent tout avenir dans leur pays. Il a aussi condamné les trafics qui exploitent ces personnes, leur prenant tous leurs avoirs et les traitant de manière cruelle et dégradante, avec souvent la complicité d’autorités locales corrompues.

PARTAGER