Modern technology gives us many things.

Le Pape invite Shimon Peres et Mahmoud Abbas à une prière au Vatican.

En visite hier dans les territoires palestiniens et israéliens, le Pape François 1er a adressé une invitation aux dirigeants des deux peuples en conflit à une prière commune au Vatican pour un retour définitif de la paix.
Le Pape François 1er a entamé depuis le samedi dernier son premier voyage au Moyen-Orient. Il a commencé par l’étape de la Jordanie avant d’arriver en Israël et en Palestine où il a effectué un pèlerinage au lieu de naissance de Jésus Christ, selon la tradition chrétienne. Ce périple est placé sous le signe de la paix et l’unité peule mais aussi du dialogue interreligieux et de l’œcuménisme afin de rapprocher les Eglises catholiques et Orthodoxes. C’est dans ce cadre que le souverain pontife va prononcer un vibrant plaidoyer pour la paix au Proche-Orient, au cours d’une messe célébrée à Bethléem en Cisjordanie dans les territoires palestiniens.
Lors de son discours aux côtés du Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas, le Chef de l’Eglise catholique déclare qu’ « il est nécessaire d’intensifier les efforts et les initiatives destinées à créer les conditions d’une paix stable fondée sur la justice, la reconnaissance des droits de chacun et la sécurité de tous. » Il ajoute qu’ « il est temps de mettre fin à une situation qui devient toujours plus inacceptable. » Il invite donc les Présidents israéliens, Shimon Peres et Palestinien, Mahmoud Abbas, à assister à une prière au Vatican en faveur de la paix entre les deux peuples. François 1er en a profité pour témoigner à l’endroit de Mahmoud Abbas comme étant « un homme de paix ». Ce dernier a accusé par la suite l’Etat israélien de « tenter de chasser les Palestiniens, chrétiens et musulmans », de Jérusalem-Est occupé et annexé. Il va aussitôt répondre à cette invitation en annonçant son voyage à Rome pour le 6 juin prochain.
Il faut noter que l’évènement marquant de la visite papale en Terre sainte était son arrêt imprévu devant le mur de huit mètres, construit à l’époque par le gouvernement d’Ariel Sharon en Cisjordanie pour séparer les deux peuples. Il y a effectué un geste symbolique en se recueillant devant la bâtisse en béton avant de poursuivre son chemin vers l’Eglise de la Nativité.
Tambadiang pour xibaaru.com

 

Les commentaires sont fermés.