Modern technology gives us many things.

Le musicien camerounais, Manu Dibango, fête ses 80 ans à la Mairie de Paris

Le mythique musicien camerounais Manu Dibango fêtait hier soir, mardi 21 mai, ses 80 ans dans la Salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville de Paris, au fil d’un concert enlevé. Une soirée qui a fait rimer groove ensoleillé, jazz et musique africaine, avec les honneurs rendus au créateur de Soul Makossa

 

manu dibangoDes lustres étincelants, des peintures monumentales, des statues, des dorures, des moulures, une enfilade de miroirs, des voûtes, des arcades, la devise républicaine « liberté, égalité, fraternité » en lettres d’or … Dans ce décor fastueux, rebondissent les sonorités d’un saxophone éclatant, rutilant, et le groove d’autres continents : le rythme de l’Afrique, le swing jazzistique… 

Dans la majestueuse Salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville de Paris, le mythique musicien camerounais Manu Dibango, grand monsieur de la sono mondiale, célèbre en musique, avec les musiciens de son Soul Makossa Gang, dix sur scène au total, ses 80 ans (le 12 décembre prochain en réalité).

Entre Beaujolais et vin de Palme

L’initiative de ce concert exceptionnel revient au Festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés (13e édition, 16 mai-3 juin). Frédéric Charbaut, son directeur artistique et créateur, explique : « Manu a joué à deux reprises pour nous, dont une année sous les ors de la République dans un très beau salon du Sénat. Pour ses 80 ans, nous avons voulu offrir à cette icône, ce musicien-passerelle entre Afrique et occident, un formidable écrin ».

Gratuite, mais sur invitation, la manifestation a ravi les oreilles de plus de 600 chanceux. Parmi le public, au premier rang, un monsieur opine du chef en rythme : il s’agit de S. E. M. Mbella Mbella, ambassadeur du Cameroun en France, venu honorer son compatriote.

Peu avant la prestation, M. Bruno Julliard, adjoint au maire chargé de la Culture, annonçait, sur scène, la remise en septembre prochain, de la Médaille de la Ville de Paris à Manu Dibango, qui ne cache pas, à l’issue du concert, sa fierté. « C’est un privilège, un honneur ! Et quel bonheur de jouer dans ce lieu habité, de greffer sa musique, deux heures durant, à sa magistrale histoire. Comme disait Joséphine Baker : ‘j’ai deux amours : mon pays et Paris’. En d’autres termes, j’hésite entre le Beaujolais et le vin de palme ! ». Et son rire tonitruant, véritable signature, de résonner longtemps sur sa blague…

La vie continue

Car Dibango ne saurait trop se laisser bercer par les distinctions. Comme la plupart des grands, asservis à leur art, il préfère jouer. Et quitte à souffler, ce sera dans un sax’, plutôt que sur des bougies. Ses 80 ans ? « C’est l’industrie qui me les souhaite. Je n’y pense même pas. Le poids des années pèse assez pour se faire oublier. A un moment, on devient ‘sans âge’. On a juste la chance d’être là, de continuer. C’est un chemin de 80 ans, forgé, au quotidien, de chansons, d’aventures et de beaucoup d’histoires… ».

Pas à pas, la vie continue. Le souffle, les notes et les rythmes aussi. Sur les planches, ce soir-là, Manu l’éternel jeune homme, Manu au vibraphone, Manu au clavier, Manu au sax’, Manu l’ambianceur, prolonge la musique et l’ivresse, se livre avec ses acolytes, à des sessions d’improvisations ininterrompues, où s’invitent en toute liberté le funk, le free jazz, les influences africaines, sans barrière de style, mais avec un véritable sens de l’orchestration et du groove.

Les commentaires sont fermés.