Modern technology gives us many things.

Le Mondial taekwondo débute à Abidjan : 14 nations présentes

tae kwendoPour la première fois, un pays africain abrite une Coupe du monde de taekwondo. A partir d’aujourd’hui (jusqu’au samedi), la Côte d’Ivoire qui organise l’évènement, vibrera au rythme des meilleurs tireurs venus de quatorze pays.

Quatorze pays formant vingt-quatre équipes sont à Abidjan pour célébrer le taekwondo. Le Palais des sports de Treichville qui doit accueillir la Coupe du monde a revêtu ses dernières parures. Les différents responsables de commissions (accueil, hébergement, restauration, transports, compétition…) ont mis les petits plats dans les grands pour la réussite de l’évènement. Con­cernant l’aspect sécurité, le président de la Fédération ivoirienne de taekwondo (Fitkd) a donné la garantie que tout se passera bien. A en croire Bamba Cheick Daniel, plus de 300 gendarmes et policiers sont mobilisés autour du Palais des sports pour assurer la sécurité des participants et des délégations étrangères. Mieux, une structure privée de télévision a été sollicitée pour assurer la retransmission en direct du tournoi. Auréolée de sa belle organisation du Mondial francophone qui s’était disputé en juin 2012 à Abidjan, la Côte d’Ivoire bénéficie de toute la confiance des quatorze pays qui ont confirmé leur participation à cette fête mondiale du taekwondo sur les bords de la lagune Ebrié depuis lundi. Il s’agit des Etats-Unis, du Mexique, de la France, du Nigeria, du Mali, du Burkina Faso, de la RD Congo, du Gabon, du Brésil, de l’Espagne, de la Russie, de la Chine, de la Corée du Sud et de la Côte d’Ivoire. Mais une chose est d’organiser ce Mondial. Une autre est de remporter des lauriers. Pour cela, seize athlètes ivoiriens ont été retenus. Il s‘agit de Logbo Teken, Kobenan Georges, Kassi Anicet, Cissé Cheick et Gbané Seydou chez les hommes. Dans la galerie des remplaçants, on retrouve Tadju Wassiu, Semen Bilé et Touré Sié. En dames, Ouattara Awa, Diomandé Banassa, Gbagbi Ruth, N’Dri Ahou Nadège et Koné Marina ont la confiance de leurs encadreurs pour représenter la Côte d’Ivoire. Les remplaçantes, elles, sont Sanogo Sita, Konan Amenan Larissa et Coulibaly Gauyeli. Après trois mois de préparation, nos tireurs répondront-ils aux attentes ? « Nous avons travaillé la préparation physique, technique et mentale. La préparation technique spécifique, les tests et test-match ont bouclé la préparation des Eléphants. Ils sont donc aptes à en découdre avec leurs adversaires. En d’autres termes, ils sont prêts pour le haut niveau », rassure le directeur technique national, Souleymane Konaté. Avant d’ajouter : «Ils étaient autorisés à entrer en famille pour quelques jours avant de revenir en regroupement, mais ils ont refusé. Ils disent vouloir demeurer ensemble pour rester concentrés. Cela veut dire qu’ils sont conscients de l’enjeu de la compétition qui les attend. La Côte d’Ivoire peut donc compter sur eux ». Que le spectacle commence !

Les commentaires sont fermés.