Modern technology gives us many things.

Le M23 trahi crie sa colère contre…

La commission «orientations et stratégies» des jeunes du M23 est montée au créneau hier, vendredi 10 mai. Tenant un point de presse au Siège de la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO), les jeunes de cette frange du M23, tout en dénonçant un certain nombres de maux, ce sont dits trahis par leurs responsables politiques respectifs.

m23  2«Nous nous voulons être libres de dire ce que nous pensons exactement, nous voulons nous démarquer du joug dominateur de nos leader. Ils nous ont engagés dans un combat qui a nécessité beaucoup de sacrifices. Il y a eu des morts chez les jeunes.

La démarche doit être rationnelle. Si nous devons prendre nos responsabilités pour déterminer les voix exigées par nos leaders qui combattaient certaines pratiques et qui aujourd’hui se taisent devant ces pratiques, c’est le Sénégal qui est foutu.» Tels sont les propos du président de la «Commission orientations et stratégie » des jeunes du M23, Mouhamadou Sarr, qui fustige le mutisme de plusieurs leadeurs affiliés à leur mouvement. Et qui, selon lui, ont fait le choix de pratiquer la politique de l’Autriche pour conserver des acquis et s’attirer, semble-t-il, les avantages du roi.

Aussi, face à une cherté de la vie de plus en plus galopante, et aux nombreux besoins des Sénégalais et des Sénégalaises non satisfaits par les autorités tels que la baisse des prix des denrées alimentaires, les jeunes de la commission «orientations et stratégies» du M23 ont-ils, par la voix de leur président Mouhamadou Sarr, lancé un appel à l’endroit de leurs semblables, et à la population sénégalaise tout entière.

«Nous lançons un appel solennel au peuple sénégalais, mais surtout à la jeunesse, pour un postulat responsable pour l’intérêt de la nation. Nous leur demandons de faire fi de toute considération familiale, sociale ou partisane pour faire de notre pays le centre d’intérêt de toute réflexion, de toute action. Nous disons aux jeunes qu’ils sont l’avenir du pays, que leur grand nombre doit constituer une force incontournable qui puisse peser sur les décisions et non un objet soumis et assujettis à la volonté de personnes mues que par le pouvoir et ses avantages», a livré à la presse le président de la commission orientations et stratégie des jeunes du M23, Mouhamadou Sarr.

Tout en saluant au passage la sortie, dite tardive, du président de l’Assemblée National, en la personne de Moustapha Niasse, qui a confessé «l’impuissance de l’Etat face à la flambée des prix des denrées de première nécessité et la cherté de la vie», ils ont demandé que le président de la république honore ses engagements pris vis-à-vis du peuple sénégalais. Engagements sur la base desquels, il a été porté à la tête du pays il y un peu plus d’un an.

«La hausse des salaires et des indemnités des directeurs d’agences nationales, vient enfoncer le clou et passe pour un mépris aux priorités sociales au moment où les sénégalais tirent le diable par la queue(…) Cela permet de constater que le régime est en porte à faux avec ses engagements de campagne électorale et que la luxure dame le pion à la sobriété», dixit M. Sarr.

En outre de la dénonciation de l‘ «achat des consciences, la caporalisation des organisations, le clientélisme et la gabegie entre autre», les jeunes de la commission «orientations et stratégies» du mouvement du 23 juin 2011, ont exigé et réclamé une véritable séparation des pouvoir pour une nation plus démocratique.

«Par conséquent, nous exigeons la survenue des reformes tant nécessaires à une vrai démocratie, auxquelles avait souscrit sans réserve le candidat Macky Sall. Réformes qui consacreront la démission du président de la république de ses fonctions de président du haut conseil de la magistrature. Ce qui permettra par ailleurs une véritable séparation des pouvoirs et donnera à madame Aminata Touré Mimi, l’occasion d’être au service de la patrie et non du parti», a ajouté M. Sarr.
Une réforme qui viendra ainsi mettre fin selon lui à ce qui semble être un pillage organisé. « Elles mettront aussi fin à la gabegie et au clientélisme matérialisé par la distribution de l’argent du contribuable issu des fonds politiques, lors des conseils des ministres décentralisés qui ne sont rien d’autre qu’une campagne électorale déguisée», dixit le président de la commission.

Enfin, ils ont fustigé le traitement de faveur dont bénéficie l’ancienne patronne de l’APIX, Aminata Niane, qui aurait comme tous les pontes de l’ancien régime, des squelettes dans son placard. Dénonçant là, une justice à deux vitesses en effleurant au passage le cas Karim Wade.

Les commentaires sont fermés.