Modern technology gives us many things.

Le limogeage d’Alioune Ndao est le piège de Macky pour endormir Wade

Le limogeage ou remplacement d’Alioune N’ dao du Comité des Rancuniers de l’Etat pour l’Injustice (CREI) vient d’être annoncé par des médias Sénégalaises dans leurs éditions de ce 11 novembre 2014. Un piège pour neutraliser le PDS, ses alliés et les organisations de défense des libertés collectives et publiques ?
Nous rendons hommage à toutes les organisations de défense des droits des humains, ASS-Kaw, MLK, PDS et ses alliés qui ont toujours dénoncé l’arbitraire, l’arrogance et l’amateurisme de cet individu qui se prend pour Dieu sur terre. Le Sénégal ne saurait tolérer un « procès » pour lequel des cancres s’enrichissent ou font bénéficier leurs relations par une injustice flagrante. On se croirait à un tribunal de Nuremberg jugeant des criminels nazis comme l’annonçait récemment un chroniqueur de RFI (Radio France Internationale), vu la durée de la comédie. Et comme rien ne gêne les Africains dans leur délire, ils s’en fichent éperdument du qu’en dira-t-on pour maintenir un suspens dont tous connaissent l’issue. Il a fallu des naïfs de la trempe de ce procureur pour s’approprier les manœuvres politiciennes d’une classe politique en manque d’inspiration.
Cependant, ne soyons pas dupes ; cette action des autorités semble faire barrage aux manifestations qui se profilent le 21 novembre 2014 au Sénégal, avec la participation du Président WADE. En effet, les prémices de la désobéissance civile ont sonné dans un pays étranger, la Suisse qui permet des manifestations sur son sol alors qu’elle n’est pas du tout concernée par nos problèmes démocratiques ou d’Etat de droit. Enfin, faut-il toujours que l’Occident se mêle de nos problèmes politiques ou que nous instaurons l’épreuve de force pour que nos Etats bougent ? Alors, si c’est la seule voie pour retrouver la liberté, je trouve que nous sommes les peuples les plus bêtes de l’humanité. A travers la manifestation de Genève, l’Etat du Sénégal est averti de la détermination de son peuple pour faire triompher la démocratie, les libertés publiques qui sont inaliénables. Non, nous ne sommes pas dans un royaume comme ils veulent nous le faire admettre. Comment croire qu’un professionnel de l’injure et de la calomnie puisse être le vecteur en conseil d’un gouvernement démocratiquement élu? Certains d’entre eux se sont confrontés au suffrage universel, tel que Latif Coulibaly à Sokone, mais il a vite compris que les calomnies et les mensonges ne constituent pas un programme politique. Et ce moment, Jules Souleymane Diop tente de s’implanter en Casamance (Ziguinchor) pour légitimer ses injures envers le Président WADE et les marabouts ; mais je suis convaincu que les populations de Casamance ne partagent pas cette inversion des valeurs qui n’est pas de leur éducation.
De Jules Souleymane Diop, Dansokho et de Latif Coulibaly, nous connaissons la haine, l’ingratitude, le mensonge et la méchanceté qui les caractérisent, qu’ils nourrissent à l’égard du Président WADE et une attitude qu’ils prennent pour de la politique. Aux grands mensonges, la vérité fait place dans notre Sénégal de paix et non habitué aux injures envers les personnes âgées et des autorités religieuses. A ce stade du limogeage d’un homme qui se croyait omnipotent, méchant, avec un regard perçant envers le prisonnier politique, M. Karim WADE qu’il prend pour un ennemi. Dans le piège des hommes politiques, ce petit monsieur n’a jamais pu déceler par intelligence l’attrape-nigaud qui était taillé à la hauteur de sa cupidité. De cet exemple, nous espérons que les « juges » qui se font le porte-drapeau d’une ignominie digne des grands idiots exécuteurs des basses besognes d’un Etat injuste réfléchiront dans leur comportement futur.
De l’histoire de la justice d’un Etat de droit, c’est la première fois qu’un procureur soit dessaisi en plein « procès ». Quels que soient le motif et les explications, nous devrions maintenir toutes les manifestations autorisées ou non, de façon à faire comprendre et rappeler au gouvernement du Sénégal que nous reprenons en main notre destin. Aucune prospérité ne peut éclore dans un pays sans la liberté de pensée, d’action et de parole.
A travers ces supposés procès, nous découvrons qu’il s’agit d’une opération de confiscation des biens de ceux des Sénégalais qui sont riches. Sinon, comment voulons-nous faire face à la concurrence des investisseurs étrangers qui viennent chez nous ? Et pourquoi ne pas demander aux partenaires Occidentaux qui investissent chez nous, de montrer pate blanche ? Alors, vous voyez bien que l’on nous lie pieds et mains pour nous appauvrir. Oui, il s’agit des engagements pris auprès des pourvoyeurs de légionnaires qui les ont aidés à accéder au pouvoir que nos mercenaires nationaux veulent récompenser.
A admettre que nos concitoyens soient devenus riches, qu’y a-t-il de mal à cela lorsqu’ils ne vendent pas d’armes, de drogue, ne trafiquent pas d’enfants ni ne créent de mercenaires pour déstabiliser les pays voisins ? Dans les transactions commerciales, les intermédiaires ont toujours existé ; et du temps d’Abdou DIOUF et de SENGHOR, ce sont les Occidentaux qui ont toujours exercé ce métier en empochant au passage des commissions pour devenir plus riches que les Etats qu’ils représentent. Et alors, pourquoi le gouvernement de Macky ne poursuit-il pas ceux-là ?
Ils ont commencé leur bêtise d’humiliation par les chefs de village à qui, ils ont confisqué les voitures, arraché les passeports des marabouts, privé les anciennes autorités de déplacements à l’étranger. Le Sénégalais moyen applaudissant leurs méfaits ne se rendait pas compte des conséquences de leur amateurisme et de l’argent qui ne circule plus et qu’ils attribuent à l’argent sale. Pendant ce temps, l’argent détenu par le président Macky SALL est un argent propre, limpide, une manne de huit milliards ! Mon œil, après seulement huit ans de fonction ministérielle. Non, nous ne sommes pas bêtes ni idiots car la « communication » malsaine ne nourrit personne. Ils veulent nous faire croire que nous n’avons pas faim, mais que nous avons seulement la sensation qui nous torture le ventre. Allez savoir pour qui nous prennent-ils !
Tous à la manifestation du 21 novembre ; qu’ils limogent tous les acteurs de théâtre de leur cours de répression de l’enrichissement illicite (CREI), ne nous faisons pas avoir car la liberté n’a pas de prix.
Vive le Sénégal, vive la démocratie, vive l’Etat de droit et vive le Président WADE qui reste le gardien de cette démocratie, de l’Etat de droit.
Moussa Mané de la Cellule de Communication ASS-Kaw France

1 commentaire
  1. Xeme dit

    Soyons logiques avec nous même. Il ne faut pas que Macky pousse les choses au point qu’il nous faut renoncer à notre minimum d’intelligence pour le comprendre.
    Ce que la CREI détient aujourd’hui comme dossiers à juger, ce sur quoi s’appuie le juge Grégoire et l’ensemble du tribunal, ce qui sert de base au ministre de la justice et au gouvernement, ce sur quoi le peuple passe ses journées de débat, ce qui répète la presse, est en totalité le travail d’Alioune Ndao. C’est lui qui a initié, suivi, coordonné, retenu ou rejeté. C’est son travail et celui de personne d’autre. Au beau milieu de l’exécution de ce travail, Macky peut-il le limoger au motif qu’il n’a pas donné satisfaction et le faire remplacer par un autre ? Quelle sera la base de travail de cet autre, le même qu’Alioune Ndao avec concocté avec ses insuffisances que semble reconnaître Macky ? On aura beau nous répéter que le nouveau procureur choisi a telle ou telle expérience, s’il ne trouve aucun inconfort à poursuivre le procès sur la base d’un travail truffé de non droit, son expérience ne vaudra rien. Macky ne peut reprocher quelque chose au travail d’Alioune Ndao, le remplacer par quelqu’un qui s’appuie sur le même travail d’Alioune Ndao, et attendre de nous qu’on lui crédite d’un bon sens. Ou Aliou Ndao a très bien fait, et alors il fallait le laisser terminer, ou il a mal fait, et alors tout autre devra recommencer

Les commentaires sont fermés.