Modern technology gives us many things.

Le Kenya signe pour 5 milliards de dollars de contrats avec la Chine

À l’occasion de la visite en Chine du président kényan Uhuru Kenyatta, les deux pays ont signé des contrats d’une valeur de 5 milliards de dollars. Il s’agit principalement de la construction d’une ligne ferroviaire ainsi que de projets énergétiques.

uhuru chine 1À l’occasion de sa visite d’État en Chine, le président kényan Uhuru Kenyatta a conclu avec son homologue chinois, Xi Jinping, un accord d’une valeur de 5 milliards de dollars qui confirme limportance de la présence de la Chine au Kenya, première économie de l’Afrique de l’Est. Cette somme devrait être dépensée dans des projets d’énergie ainsi que dans une ligne ferroviaire qui relierait le port de Mombasa à Malaba, à la frontière avec l’Ouganda. Cette liaison devrait permettre un accès plus rapide du port vers les marchés de biens de la région, au Kenya, mais également en Ouganda, au Rwanda, au Burundi et en RD Congo, d’après le président Uhuru Kenyatta.

Le président chinois a également déclaré le 19 août que la Chine soutenait l’effort d’industrialisation du Kenya ainsi que son projet de mettre en place, à Nairobi une chambre de compensation pour les opérations en yuan. Le pays souhaite devenir un hub financier international.

Coopération

Alors qu’on accusait la Chine de s’intéresser seulement aux matières premières du continent, Xi Jinping s’était engagé à aider l’Afrique à se développer lors de sa visite en mars dernier. Déjà investi dans de nombreux projets, notamment d’infrastructures, le pays est un acteur important de l’économie kényane et le président chinois envisagerait d’investir dans d’autres secteurs comme l’agroindustrie, la production d’engrais ou encore la technologie, selon le média national Kenya Broadcasting Corporation.

La visite de Kenyatta en Chine fait suite aux promesses qu’il a faites lors des élections présidentielles. Il s’était notamment engagé à collaborer étroitement avec la Chine, après que des élus américains, britanniques et européens avaient annoncé qu’ils limiteraient leurs liens avec le Kenya si Kenyatta était élu, en raison de sa mise en examen à La Haye. Ce dernier ainsi que son vice-président William Ruto sont inculpés par la Cour pénale internationale de crimes contre l’humanité pour avoir organisé les violences postélectorales de 2007 qui avaient fait plus de 1 500 morts.

Le président Kenyatta aurait invité la Chine à investir dans son secteur pétrolier, récemment découvert, dans la production d’électricité ainsi que dans le port de Lamu, au nord de Mombasa. D’une valeur de 25,5 milliards de dollars, le projet de Lamu prévoit, entre autres, la construction d’une autoroute, d’une voie ferrée ainsi que d’un oléoduc en direction de l’Éthiopie et du Soudan du Sud.

Les commentaires sont fermés.