NAIROBI — Le gouvernement kenyan a démenti être à l’origine de la demande de l’Union africaine (UA) de se retirer de la Cour pénale internationale kenya ministre AE(CPI). La secrétaire du cabinet Amina Mohamed (photo) a réfuté ces allégations, tandis que la présidente de la Commission de l’UA a laissé entendre que l’organisation panafricaine pourrait demander au Conseil de sécurité de l’ONU un ajournement du procès des dirigeants kenyans devant la CPI. « Les pays africains forment le plus grand groupe de pays signataire du Traité de Rome et je crois que tous ont exprimé des préoccupations qu’ils veulent voir prises en compte à un moment ou un autre », a déclaré Mme Mohamed aux journalistes à Nairobi. Sur les 122 Etats signataires du Traité de Rome instituant la Cour Pénale Internationale, 34 sont des pays africains. La président de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, aurait déclaré à une délégation du Conseil de sécurité que l’affaire mettant en cause le président kenyan Uhuru Kenyatta et le vice-président William Ruto devrait être ajournée pour un an. Selon des information de presse, Mme Dlamini-Zuma a évoqué la récente attaque terroriste contre le centre commercial de Westgate à Nairobi pour faire valoir que les dirigeants kenyans devaient concentrer leur attention sur la sécurité du pays et ne pouvaient pas se permettre de quitter le pays pendant des semaines pour se rendre à La Haye. Le Kenya, dont le gouvernement est mis en cause par la CPI, a engagé une bataille politique contre le tribunal international, remontant jusqu’au Conseil de sécurité de l’ONU. Mohamed a démenti les allégations qu’un prochain sommet extraordinaire des pays africains qui se tiendra à Addis-Abeba discuterait uniquement le retrait de la CPI. « Il est naïf de penser que 34 pays se sont réunis pour se retirer du Statut de Rome », a déclaré Mohamed.

PARTAGER