Modern technology gives us many things.

Le journaliste Moustapha Barry décrypte la presse sénégalaise de 1960 à nos jours

moustapha barry livreDocteur en information et communication de l’Université Paris 2 Panthéon-Assas et diplômé en journalisme de l’Institut supérieur des sciences de l’information et de la communication (ISSIC) de Dakar, Moustapha Barry est journaliste, correspondant de Wal fadjri (quotidien d’informations sénégalais) à Paris. Il est l’auteur du nouveau bouquin qui vient de paraître et qui est intitulé : « histoire des médias au Sénégal : de la colonisation à nos jours »

Moustapha Barry donne quelques grandes lignes du livre :

« Depuis 1856, médias et pouvoir au Sénégal ont connu des relations ambivalentes, plus ou moins conflictuelles. Trois temps forts ont marqué leurs rapports. De 1856 à 1960, le bouillonnement politique a favorisé l’émergence des médias, notamment la presse politique partisane. Malgré la volonté du pouvoir colonial de neutraliser les médias, ceux-ci ont tenté plus ou moins de jouer leur rôle, malgré la restriction des libertés et une économie médiatique morose.

À partir de 1960, la presse plurielle héritée de la colonisation a cédé à un monopole médiatique avec l’instauration du parti unique de fait malgré l’existence de quelques téméraires qui s’aventuraient à créer des journaux. Mais le tournant a été la deuxième moitié des années 1980 où la presse dite indépendante va émerger, avec parfois des conflits plus ou moins mesurés.

À partir de 2000, le nombre de médias s’est accru, avec l’avènement des télévisions privées. Les rapports entre médias et pouvoir ont été tendus, parfois violents. D’où des interrogations sur l’éventualité de réformer le paysage médiatique avec des règles clairement défi nies et respectées par l’ensemble des acteurs. Dans cette perspective, une presse régionale peut être favorisée pour mieux accompagner la démocratie locale ».

Les commentaires sont fermés.