Modern technology gives us many things.

Le gouvernement refuse la proposition d’échange de Boko Haram

Le gouvernement nigérian a catégoriquement rejeté la condition posée par Boko Haram consistant à échanger les 200 écolières enlevées contre la libération de ses membres emprisonnés dans le pays.

Lundi, des officiels anonymes du gouvernement à Abuja ont immédiatement rejeté et qualifié de contreproductives, les conditions fixées par le chef de la secte Abubakar Shekau dans une nouvelle vidéo.

Ces officiels ont martelé qu’aucune négociation avec la secte, sur le sort des filles, n’avait eu lieu et insisté qu’il n’y a aucune chance que le gouvernement nigérian prenne en considération les termes de Shekau.

Dans une nouvelle vidéo publiée lundi, Shekau avait exigé la libération de milliers de militants de la secte islamiste actuellement emprisonnés au Nigeria en échange des 200 écolières enlevées le mois dernier à Borno, au nord-est du pays.

La vidéo diffusée sur le site de partage de vidéos, YouTube et sur d’autres sites de médias sociaux, montre environ 150 des quelque 200 jeunes filles, voilées et regardant tranquillement l’objectif de la caméra.

Deux d’entre elles ont déclaré qu’aucune d’elles n’a été blessée au cours de leurs trois semaines de captivité.

Apparaissant sur la vidéo de 27 minutes, le leader de Boko Haram a indiqué que ces filles, non-musulmans pour la plupart au moment de leur enlèvement, sont maintenant des musulmanes pratiquantes qui récitent le Coran.

L’endroit où la vidéo a été tournée n’a toujours pas été découvert.

Dans une précédente vidéo, Shekau disait que les filles ne doivent pas être inscrites à l’école, menaçant de les vendre ou de les marier de force.

Le monde entier s’est indigné de l’enlèvement de ces filles alors que les puissances occidentales envoient des équipes spéciales au Nigeria pour aider à l’opération de sauvetage.

Les commentaires sont fermés.