Modern technology gives us many things.

Le Ghana et la Chine collaboreront pour lutter contre l’extraction illégale de l’or.

mineurs chinoisACCRA, 19 juin –Le Ghana et la Chine travailleront en étroite collaboration pour gérer de manière appropriée la question des ressortissants chinois impliqués dans l’extraction aurifère clandestine dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, a déclaré mardi à Accra l’ambassadeur de Chine au Ghana, Gong JIanzhong.

Le diplomate chinois a déclaré lors d’une conférence de presse que la question des ressortissants chinois impliqués dans des activités minières clandestines au Ghana était en désaccord avec le développement positif des relations bilatérales entre les deux pays.

Il a indiqué que la Chine attachait une grande importance à cette question et qu’elle avait déployé au Ghana deux groupes de travail en mars et en juin pour mener des discussions et des consultations avec la partie ghanéenne afin de trouver des moyens de régler ce problème.

« Cela démontre pleinement la sincérité du gouvernement chinois et sa détermination à résoudre cette question », a-t-il dit, exprimant sa conviction que le problème serait résolu de manière correcte grâce à des efforts communs.

john mahamaLe président ghanéen John Dramani Mahama (photo) a créé une mission interministérielle sur l’activité minière illégale, destinée à arrêter, poursuivre et expulser les ressortissants étrangers ayant participé à une exploitation minière clandestine à petite échelle et à punir les habitants locaux impliqués.

De nombreux ressortissants étrangers, dont des centaines de Chinois, ont été interpelés en début de ce mois pour avoir participé à une activité minière clandestine, et détenus par les forces de sécurité ghanéennes.

Une délégation chinoise composée de responsables des ministères des Affaires étrangères, du Commerce et de la Sécurité publique est arrivée au Ghana la semaine dernière pour discuter des problèmes soulevés par cette interpellation de ressortissants chinois.

Le chef de la délégation chinoise, Qiu Xuejun, a déclaré que les responsables des deux pays avaient mené des délibérations fructueuses sur la question et que le Ghana et la Chine étaient tombés d’accord pour communiquer et coopérer dans la lutte contre ces délits.

« Nous sommes confiants qu’en travaillant en étroite collaboration, la question de l’exploitation aurifère à petite échelle clandestine pourra être résolue correctement dans un cadre amical et efficace », a-t-il déclaré.

M. Qiu a appelé les Chinois vivant au Ghana à respecter les lois du pays et à gérer leurs activités dans les limites de la loi, ainsi qu’à cesser toute activité minière clandestine, soulignant que Beijing invite en toutes circonstances les ressortissants chinois à l’étranger à respecter les lois de leur pays d’accueil.

« Nous demandons aussi aux résidents chinois ici (au Ghana) de s’aider mutuellement à respecter les lois du Ghana », a-t-il dit.

La Chine est opposée à toute activité illicite de ses ressortissants au Ghana, a souligné M. Qiu, appelant de son côté le gouvernement ghanéen à respecter et protéger les droits des ressortissants chinois.

Il a également appelé les agences de sécurité ghanéennes à mettre fin aux agressions et vols contre les mineurs chinois.

Le Ghana a été l’un des premiers pays d’Afrique sub-saharienne à établir des relations diplomatiques avec la Chine, il y a 53 ans.

D’après les statistiques de l’ambassade chinoise à Accra, les volumes d’échanges entre la Chine et le Ghana se sont élevés à 5, 434 milliards de dollars en 2012, soit une augmentation de +56,5 % par rapport à l’année précédente.

La Chine a également représenté en 2012 le plus grand nombre de nouveaux projets d’investissement étrangers au Ghana.

Les commentaires sont fermés.