zelounisZahir Belounis, footballeur franco-algérien bloqué au Qatar suite à un conflit salarial avec son club, espère être libre de rentrer en France d’ici la fin octobre. Il est bloqué au Qatar suite à un conflit salarial avec son club d’Al-Jaish. Ce n’est pas le premier joueur de football à vivre cette expérience dans le pays qui organisera la Coupe du monde en 2022.
« Je serai heureux une fois que je prendrai l’avion avec ma femme et mes enfants ». Voilà ce que déclare en substance Zahir Belounis à RFI. Ce footballeur franco-algérien est bloqué au Qatar suite à un conflit salarial avec son club. Arrivé en 2007 dans le club de 2e division d’Al-Jaish, le club de l’armée à Doha, il assure ne pas recevoir de rémunération depuis maintenant deux années. Il avait  porté plainte il y a plusieurs mois. Mais là où le bât blesse, c’est que sans l’autorisation de son club, il ne peut pas quitter le Qatar.

« Pendant des mois, on m’a demandé de retirer ma plainte »

« Aujourd’hui, on me dit que je suis en bonne position pour avoir l’exit visa (donné par le club, ndlr). Mais je veux rester prudent, car à plusieurs reprises on me l’a fait espérer. Les autorités qataries ont dit à l’ambassade de France que cela devrait se régler vite. Sauf que cela m’est arrivé déjà au moins trois ou quatre fois. Je préfère prendre cette nouvelle avec beaucoup de recul », avoue le joueur de 33 ans.

Naturalisé qatari, il avait porté le maillot de la sélection lors du Mondial militaire au Brésil en 2011. Cette année-là, Zahir Belounis est prêté au club Al-Markhya qui évolue en D2, avec l’assurance de garder son salaire. Comme l’argent n’arrive pas, Zahir Belounis porte plainte. Le début des ennuis commence…

« Pendant des mois, on m’a demandé de retirer ma plainte. Visiblement maintenant, il n’est plus question de la retirer, il est question de signer un licenciement rétroactif. Si je signe ce document, je suis perdant, mais désormais je pense plus à ma famille », explique Zahir Belounis, exaspéré.

« Au Qatar, on voit vite l’envers du décor »

Depuis cet exil au Qatar, la vie de Zahir Belounis est passée du rêve au cauchemar. « Au Qatar, lorsque l’on n’a pas de souci on se sent assez bien. Mais on voit vite l’envers du décor au moment où cela se passe mal », confie le joueur qui a hâte de voir le bout du tunnel, mais qui dit s’être forgé « un mental de battant ».

Dès son retour sur le sol français, Belounis a bien l’intention de continuer son combat et de dénoncer les situations que vit l’immigration au Qatar. Mais il ne sera certainement plus question de football. « J’ai laissé beaucoup d’énergie et je ne pense pas que je jouerai un jour. Qui va vouloir d’un joueur qui n’a pas joué depuis un an et demi ? Je vais passer à autre chose. C’est comme, ça c’est la vie. Je suis peut-être écœuré du milieu », avoue Belounis.

Deux autres joueurs ayant évolué en France, l’attaquant international marocain Youssouf Hadji (ex-Bastia et Rennes) et un autre Marocain, Abdeslam Ouaddou (ex-Valenciennes et Nancy) ont vécu des histoires similaires à celle de Zahir Belounis. Ils sont restés bloqués au Qatar pendant des mois suite à des conflits avec leurs clubs respectifs du Al-Arabi Doha (1re division du Qatar) et de Lekhwiya.

 

PARTAGER