Modern technology gives us many things.

Le faux docteur qui injectait du ciment dans les fesses de ses «patientes» condamné à un an de prison

ciment dans les fesses(Photo : Oneal Ron Morris, ici lors de son arrestation en Floride le 29 novembre 2011, a été condamnée à un an de prison pour exercice illégal de la médecine)

ETATS-UNIS – Oneal Ron Morris avait plaidé coupable «d’exercice illégal de la médecine» et sera jugée dans un autre procès pour la mort d’un de ses «patients»…

L’histoire avait défrayé la chronique en 2011. Mardi, le faux chirurgien esthétique américain qui injectait du ciment et de la colle dans les fesses de ses «patientes» a été condamné jeudi à un an de prison en Floride.

Oneal Ron Morris, un transgenre de 32 ans surnommé le «toxic tush doctor» (derrière toxique, ndr), avait plaidé coupable d’exercice illégal de la médecine. Elle devra prochainement répondre de la mort d’une de ses «patientes», qui serait décédée des suites d’une infection potentiellement liée à l’injection toxique.

Le parquet n’a jamais vraiment pu déterminer avec exactitude de quoi se composait la substance que Morris administrait dans les fesses, les joues et les lèvres de ses clients, la plupart transgenres. Après un an de recherche, la police de Miami avait retrouvé sa trace en 2011 sur les indications d’une ancienne «patiente» hospitalisée pour une infection généralisée: elle avait subi plusieurs injections du «docteur» Morris en mai 2010.

Ciment, colle, paraffine

Les médecins avaient découvert que Morris lui avait injecté de la colle, de l’huile et du ciment pour augmenter le volume de ses fesses. Du liquide anti-crevaison et de la paraffine faisaient également partie de la panoplie de l’artisan maçon.

Selon les enquêteurs, Morris officiait clandestinement dans des chambres d’hôtel ou, dans le sud de la Floride, chez ses «patientes» qui souhaitaient augmenter la taille de leurs postérieurs, lèvres ou joues. L’une avait notamment payé 700 dollars pour une opération de fesses. Le faux médecin s’était infligé directement sur elle ces mêmes traitements, comme le montrent les photos transmises par la police.

P.B. avec AFP

Les commentaires sont fermés.