Modern technology gives us many things.

Le Drian : « La France a raté le rendez-vous des drones »

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a justifié dimanche 19 mai l’achat par la France de deux drones aux Etats-Unis en expliquant que la France avait « raté le rendez-vous des drones » et confirmé que des discussions étaient en cours également avec Israël pour l’achat d’autres appareils.

france ministre défense« Il y a aujourd’hui deux pays au monde qui construisent des drones, les Etats-Unis et Israël, nous sommes entrés en contact avec les uns et les autres pour pouvoir en acquérir immédiatement », a déclaré le ministre de la Défense au « Grand rendez-vous Europe1-Itélé-Le Parisien.

MQ-9 Reaper

La France doit notamment acheter deux exemplaires du drone MQ-9 Reaper à l’armée de l’Air américaine pour une livraison avant la fin 2013 afin de soutenir ses opérations au Mali. Ce modèle est un avion piloté à distance successeur du fameux Predator et doté d’une large autonomie pour surveiller des cibles au sol.

Ce drone de catégorie Male (moyenne altitude longue endurance), comme le Predator ou le drone français Harfang, est en service depuis 2007 dans l’armée américaine, qui en compte 104 dans son inventaire. L’US Air Force prévoit d’en acheter 12 supplémentaires en 2014 pour 507 millions de dollars, selon le Pentagone.

Construit par l’américain General Atomics (qui le nomme Predator B), le Reaper (la « faucheuse » en français) est, avec une envergure de 20 mètres et une longueur de 11 mètres, plus gros que son petit frère le MQ-1 Predator. Sa vitesse de croisière est de 370 km/h et il peut voler pendant 27 heures d’affilée à une altitude de 15.000 mètres, selon son constructeur.

Le Reaper embarque également de nombreux équipements de surveillance, comme des caméras, y compris infrarouge ou encore des désignateurs laser. Surtout, sa capacité d’emport d’armement est décuplée par rapport à celle du Predator : 1.700 kilos de bombes guidées ou de missiles air-sol Hellfire. Les Reapers fournis à la France devraient en revanche être non-armés.

« Il nous en faut quelques-uns »

Interrogé sur le nombre de drones que la France comptait acquérir, le ministre de la Défense n’a pas souhaité répondre. « Il nous en faut quelques-uns mais je ne vais pas livrer ici les discussions que nous avons avec les uns et les autres. Dans le livre blanc de la Défense, on en annonce douze », a-t-il rappelé en précisant qu’il s’agissait de drones d’observation pas des drones armés ».

« La France a raté le rendez-vous des drones. Elle ne produit pas de drones, ce qui est invraisemblable pour une nation qui a un savoir-faire technologique, aéronautique, électronique considérable avec des entreprises majeures qui étaient en situation de pouvoir le faire », a regretté le ministre, affirmant avoir fait cette découverte en prenant ses fonctions.

« J’ai constaté en arrivant qu’il était indispensable d’avoir cette capacité-là qui nous permet d’avoir une vision d’un territoire, d’un théâtre d’opération extrêmement précis. Donc, c’est un outil indispensable dans les perspectives de demain », a-t-il souligné.

« Elaborer le drone de nouvelle génération »

« Seulement, il n’y en a pas. Alors qu’est-ce qu’on fait ? On attend que peut-être un jour certains industriels décideront d’agir ensemble pour le produire ? Mais ça sera quand? Dans dix ans. Mais il y a une urgence et j’assume cette responsabilité », a lancé le ministre de la Défense tout en précisant qu’il s’agit pour la France d’une solution provisoire.

« J’insiste sur le fait qu’il nous faut une solution pérenne. C’est à dire de se préparer à construire au niveau européen des drones d’une nouvelle génération susceptibles d’être demain les remplaçants des drones que nous allons acheter », a-t-il expliqué.

« Il faut donc aujourd’hui que, sur notre demande, les industriels français et européens se mettent en relation pour élaborer ce que pourra être demain le drone de nouvelle génération qui ne sera pas uniquement français, puisqu’il y a la même demande du côté allemand et du côté britannique. Voilà une bonne manière de construire l’Europe de la défense », a-t-il conclu.

 

Les commentaires sont fermés.