Modern technology gives us many things.

Le discours mémorable du Commissaire Oumar MAL à la police

commissaire malLors de l’installation du nouveau commissaire central de Dakar, Abdoulaye Diop, le tout nouveau directeur de la Sécurité publique, le commissaire Oumar Mal a fait un discours mémorable dans lequel il rappelé aux policiers leurs missions véritables qui est de respecter ceux qui sollicitent la police, de les écouter et de protéger les citoyens. Il a aussi rappelé l’incident malheureux de Mbacké qui a terni l’image de police. Rappelons  que quatre policiers de la brigade de recherche de Mbacké ont été inculpé pour le meurtre d’un jeune apprenti-chauffeur du nom de Ibrahima Samb, mort le 18 octobre 2013, lors d’une opération de sécurisation menée par les mis en cause. Poursuivis pour les chefs d’inculpation de «meurtre avec barbarie et actes de torture», les 4 policiers ont été mis en cause ont été présentés lundi au procureur de la République, qui a aussitôt transmis le dossier au juge

Et le Commissaire Mal a donné les pistes à éviter pour être un bon policier :

« Je commence par féliciter le commissaire Balla Niang intérimaire du commissaire central qui a fait un travail appréciable durant son intérim. Nous lui souhaitons pleins succès dans ses nouvelles fonctions de commissaire central de Saint Louis. S’il a réussi, c’est grâce à vous les chefs et à tous les éléments de base. Je vais axer mon discours sur 3 thèmes majeurs pour les populations et pour vous-même. Vous devez assurer votre propre sécurité et celle des populations. Pour cela, vous devez être rigoureux. Certains comportements vous exposent : il s’agit surtout de l’outrage à agent. Cette infraction est devenue aujourd’hui passe partout. Il y a des éléments constitutifs qui doivent être sans équivoque. Ce qui permet à la justice de trancher en votre faveur. Cela dépend de votre comportement. Vous devez inspirer respect en vous respectant d’abord. Le port vestimentaire est important. « Oudé nimou la guissé lalay euweulé ». Il faut être correct dans la mise, dans le langage et vis-à-vis des populations. Le service est le miroir. Ayez un bon comportement dans et en dehors du service. Nous sommes l’incarnation de la Nation.  Il faut avoir du respect pour les personnes qui viennent au commissariat. C’est votre devoir et une obligation professionnelle. Ce respect doit être réciproque.  Restons fermes, mais sans arrogance et ouverts. Ceux qui viennent au commissariat de police sont souvent en détresse. Il faut bien les accueillir, les rassurer, les aiguillonner. Ils seront le relais entre vous et le reste de la population. Aucune police n’est aimée. On tire à boulets rouges sur nous à chaque fois. Faisons notre autocritique. Soyons disciplinés. C’est notre point d’orgue. Je vous rappelle certains fondamentaux : ce sont les avantages et les contraintes dans nos statuts qui seront bientôt révisés pour redorer notre blason. Soyons fiers de ce que nous sommes et ce que nous faisons. Faisons-le avec foi en tant que croyants. Nous répondrons de tous nos actes tôt ou tard. Pas d’actes à compromettre notre intégrité physique et morale, et au-delà, celle de tous les autres policiers. Vous êtes des ambassadeurs.  Votre comportement et votre attitude vous permettent de gagner la confiance de la population.  Nous devons faire la police de proximité, entrer en contact avec les leaders des quartiers comme le délégués de quartier qui vous informeront de tout ce qui se passe et vous permettre d’intervenir à temps réel. La confiance est importante. Il ne faut pas avoir peur. La peur inhibe nos actions à 50%. Pour cela, il faut savoir ; car pour l’opinion, le policier sait tout. Le premier rôle, c’est celui d’éducateur, comme l’enseignant. Ne soyez pas paresseux. Cherchez à  savoir par tous les moyens pour ne pas commettre des bévues. Je prends le cas de ce qui s’est passé à Mbacké. C’est inadmissible et ne peut passer sous silence.  Il appartient aux responsables de veiller à la discipline. Mettre un individu dans une malle arrière d’une voiture est inadmissible. Ce qu’on ne fait pas à son frère ou à un proche, on ne doit pas le faire à un autre être humain.  Si on respecte les droits humains, on reste fort. Ne faisons pas preuve de zèle. Quelle que soit la beauté de la procédure, on vous dira au tribunal que la procédure ne vaut qu’à titre de simple renseignement. L’enquête est une scène de théâtre entre l’enquêteur et l’enquêté. Ce dernier croit qu’il est plus malin que l’enquêteur et cherche à le tromper. Il ne faut pas chercher seulement les points noirs. L’enquête est à charge et à décharge. L’individu certes a commis une faute, mais il peut bénéficier de circonstances atténuantes. Comme la procédure ne vaudra que ce qu’elle vaudra devant le magistrat, il ne faut pas être zélé au point de blesser ou de tuer.  Vous êtes protégés par la loi, donc il ne faut pas s’offrir. Ne faites pas ce qu’on ne vous demande pas de faire. Entre le bon et le mal, il y a la morale. Si quelqu’un est agité, passez-lui les menottes et il est maîtrisé. Ne le mettez jamais dans un coffre. Il doit être à vue. Mettez-le à côté de vous pour mieux le surveiller et le mettre en sécurité. Si vous n’êtes pas en règle, l’autorité a les mains liées. Elle ne peut pas vous protéger. Evitez ces genres de situation et mettez tout le monde à l’aise. Protégez-vous, mais protégez aussi la population. Evitez les reproches anodins. Même si vous mettez un animal dans votre malle arrière, vous êtes pressés d’arriver pour  le détacher. Je vous invite à retourner aux statuts du personnel. Faites des efforts pour les lire et les comprendre.

          En ce qui concerne le nouveau directeur régional de la sécurité publique, c’est un homme du sérail. Sa nomination n’est pas fortuite, vu son cursus. Tout le monde le connaît. Ce n’est pas un novice ». Commissaire Oumar Mal, nouveau Directeur de la Sécurité Publique

Les commentaires sont fermés.