Modern technology gives us many things.

Le DG des Douanes souligne les enjeux d’un forum sur les technologies de l’information

élimane saliou gningue douanesLe directeur général des douanes sénégalaises, Elimane Saliou Gningue, a souligné mardi à Dakar les enjeux attachés à l’organisation d’un forum axé sur les technologies de l’information.

”Le contexte actuel est marqué par des faits qui ont pour noms : une économie mondialisée, une augmentation du volume des opérations commerciales, les exigences de célérités attachées auxdites opérations, la pression des objectifs de recettes de plus en plus élevés avec des délais serrés, des moyens insuffisants et des effectifs en constante réduction”, a notamment estimé M.Gningue.*

Il s’exprimait à l’ouverture du premier forum de la douane sénégalaise axé sur le thème ‘’Le numérique au service d’une administration performante : enjeux et défis pour les douanes”.

Le directeur général de la douane sénégalaise a évoqué d’autres enjeux comme la criminalité transnationale organisée et les grands trafics en constante progression. C’est le cas notamment de la contrefaçon, des trafics de drogues, d’armes ou encore du terrorisme.

De l’avis de M. Gningue, jusqu’à une date récente la douane avait pris le pari d’opérer par des procédures aussi contraignantes que coûteuses.

Il a cité notamment le manifeste volumineux édité en près de 20 exemplaires au profit des principaux acteurs de la chaîne de dédouanement, le parcours du combattant pour le déclarant qui devait réunir tous les documents requis avant le dépôt de la déclaration en douane.

‘’Aujourd’hui, finies les lourdeurs inutiles. Grâce au système ORBUS, plateforme électronique de collecte en ligne de données, l’ensemble des documents préalables au dédouanement peuvent être réunis et transmis par voie électronique”, affirme-t-il. Il signale en outre que la dématérialisation a rendu possible l’accès au manifeste ainsi que le dépôt de la déclaration bien avant l’arrivée du navire à quai, ouvrant ainsi la voie au dédouanement sans papier.

En dépit des bienfaits de la technologie qui ont valu à la douane sénégalaise d’être classée en 2011 parmi les administrations réformatrices et de se décerner en 2012 le prix des Nations Unies pour le service public, M. Gningue est d’avis qu’il ne faut pas s’auto glorifier et s’en arrêter là.

Selon lui, ‘’la technologie évolue vite et nous devons, pour plus de performance, nous investir dans les dernières générations”.

Il a ajouté que c’est tout l’intérêt du forum qui donne à sa structure l’occasion d’échanger, de partager et de s’imprégner des choix les plus adaptés lui permettant de tirer profit des technologies au grand bénéfice de l’économie et des populations.

Le forum sur les technologies de l’information prend fin mercredi.

 

Les commentaires sont fermés.