Modern technology gives us many things.

Le dernier choix du PDS…L’Affrontement

Après avoir épuisé tous les recours, le candidat du PDS en exil, Karim Wade, doit s’imposer à Macky…de gré ou de force.

Tout le monde s’y attendait. Le verdict de la Chambre administrative de la Cour Suprême vient de jeter Karim Wade dans l’arène des gladiateurs. Sortir vivant ou traîné part les pieds vers la fosse aux lions.

Le PDS n’a plus le choix

« On nous a déclaré la guerre. Nous n’avons pas d’armée, mais nous avons le peuple », lance Oumar Sarr, secrétaire général national adjoint du parti. Avant d’ajouter : « Nous allons mobiliser les citoyens, les électeurs. On ne nous présente pas d’autres possibilités. »

La seule alternative est l’affrontement. Mais le président Macky qui joue son va-tout pour avoir un second mandat ne compte pas se laisser distraire par les menaces du Parti Démocratique Sénégalais. : « Force restera à la loi » a-t-il dit haut et fort lors du lancement de sa campagne pour le Parrainage.

De son côté, Karim Wade est plus que jamais déterminé. C’est sa candidature ou le chaos sur le Sénégal. Et son dernier message est plus que claire. Le Sénégal va vers « des lendemains électoraux difficiles, susceptibles de mettre en danger la stabilité du pays »…

1 commentaire
  1. Papiton dit

    Le Sénégal est une grande démocratie. Les menaces ne serviront à rien.

Les commentaires sont fermés.