Modern technology gives us many things.

Le Congo et le Sénégal, premiers pays africains à contribuer à ONUSIDA

eva marie coll seck 1Le Congo et le Sénégal sont les premiers pays d’Afrique à apporter une contribution financière à l’ONUSIDA, a annoncé dans un communiqué publié vendredi à Brazzaville, le secrétariat exécutif du conseil national de lutte contre le sida (CNLS) du Congo. (photo: ministre de la Santé du Sénégal)

 

« Ces décisions historiques sont en droite ligne avec le leadership affiché par les États membres de l’Union africaine de faire progresser la feuille de route sur la responsabilité partagée et la solidarité mondiale. Elles illustrent également parfaitement l’engagement ferme pris par les gouvernements du Congo et du Sénégal à jouer un rôle actif dans les discussions politiques au sein du Conseil de Coordination du Programme de l’ONUSIDA » souligne le communiqué.

« Étant donné que l’Afrique veut occuper la place qui lui revient à l’échelle mondiale, j’estime que la décision du Congo et du Sénégal de contribuer à l’ONUSIDA est une excellente illustration du leadership de l’Afrique dans la riposte internationale au sida », déclare Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA.

« Nous espérons que les pays africains continueront à apporter une contribution et à jouer un rôle politique de plus en plus marqué dans le Conseil de l’ONUSIDA », ajoute-t-il.

La Feuille de route, adoptée en juillet 2012 lors du 19e Sommet de l’Union africaine à Addis Abeba, en Éthiopie, offre toute une série de solutions propres à l’Afrique pour renforcer les ripostes durables au sida, à la tuberculose et au paludisme.

Articulée autour de trois piliers stratégiques, à savoir la gouvernance pour la santé, le financement diversifié et l’accès aux médicaments, la Feuille de route définit les objectifs, les résultats escomptés, les rôles et les responsabilités afin de responsabiliser les parties prenantes sur la période de trois ans restant avant 2015.

La Feuille de route appelle aussi les gouvernements africains et les partenaires internationaux à combler conjointement les manques de financement en investissant leur « part équitable », en fonction de leurs capacités et de leurs engagements antérieurs.

Les commentaires sont fermés.