cglu rabatRABAT, 3 octobre 2013 – Le 4e Congrès des cités et gouvernements locaux unis (CGLU), plus grand rassemblement d’élus locaux au monde, s’est ouvert mercredi à Rabat en présence de 3.700 participants originaires de 124 pays, appelés à échanger jusqu’à vendredi sur le thème « imaginer la société, construire la démocratie ». Ces élus locaux –parmi lesquels des maires de grandes capitales– et les représentants d’organisations internationales devront notamment aborder les enjeux de la conférence internationale Habitat-III, prévue en 2016 sous la houlette de l’ONU pour définir l’agenda des deux décennies suivantes concernant le développement urbain. Diverses conférences sont prévues portant notamment sur la qualité de vie, la solidarité entre territoires ou le financement des services publics de base. « Plus de 50% de la population mondiale vit désormais dans des villes et notre monde sera toujours plus urbanisé », a souligné lors de la cérémonie inaugurale le maire d’Istanbul et président de CGLU, Kadir Topbas. Environ « 60% des citoyens des villes auront moins de 18 ans en 2030 », a renchéri Joan Clos, ex-maire de Barcelone et actuel directeur exécutif d’ONU-Habitat. « Une bonne urbanisation est source de développement, si elle est bien conçue, bien gérée et soutenue par des finances appropriées. Et les jeunes en seront les principaux acteurs », a-t-il ajouté. Dans un message lu par le maire de Rabat, Fathallah Oualalou, le roi du Maroc Mohammed VI a pour sa part estimé que ce quatrième rendez-vous, après ceux de Paris (2004), Jeju (Corée du sud, 2007) et Mexico (2010), devait être l’occasion « d’identifier les voies et moyens d’améliorer la qualité de vie des citoyens, de garantir leur accès aux services de base et d’accompagner » les mutations en cours, « surtout en matière de bonne gouvernance ». Parmi les 124 nationalités représentées, les délégations française, turque, russe et chinoise sont les plus importantes, ont noté les organisateurs. Des élus de 34 pays africains sont également présents, au premier rang desquels des Ivoiriens et des Sénégalais.

PARTAGER