Modern technology gives us many things.

Le budget du Sénégal augmente de plus de 38 milliards de FCFA

amadou ba ministre finances 1Les parlementaires sénégalais ont adopté lundi à Dakar la seconde loi de finances rectificatives pour l’année 2013 marquée par une augmentation de 38,464 milliards FCFA (environ 76,928 millions de dollars) des ressources du budget général, a-t-on constaté.


‘’Cette augmentation provient des recettes exceptionnelles d’un montant de 38,464 milliards FCFA composées de la redevance de cession versée par la société Dubaï Port World pour 24,600 milliards FCFA, de la plus-value de cession d’un immeuble par la Sonacos pour 2,498 milliards FCFA et du complément de la redevance de la deuxième licence de téléphonie mobile pour 11,365 milliards FCFA », explique Amadou Bâ, ministre de l’Economie et des Finances.

Après prise en compte des recettes exceptionnelle, les ressources du budget global sont arrêtées à la somme de 2485,034 milliards FCA contre 2446,570 milliards FCFA dans la première loi de finances rectificatives de 2013 (plus 1,6%).

Concernant les dépenses du budget général, elles s’élèvent désormais à 2485,034 milliards FCFA contre 2446,570 milliards FCFA dans la première loi de finances rectificatives de 2013. Selon le ministre, cette augmentation provient de la révision à la hausse des autres dépenses courantes pour un montant de 13,764 milliards FCFA et des dépenses d’investissement pour un montant de 24,700 milliards FCFA.

Le ministre de l’Economie et des Finances a expliqué aux députés que la deuxième loi de finances rectificatives de 2013 entend couvrir des besoins nouveaux.

Il a listé notamment les bourses et allocations scolaires pour 9 milliards FCFA, l’ouverture de crédits supplémentaires pour les établissements publics de santé pour 4,431 milliards FCFA, l’appui au Fonds souverain d’investissement stratégique (FONSIS) pour 1,25 milliards FCFA.

Devant les députés, Amadou Bâ a tenu à préciser que le montant inscrit dans la loi de finances rectificative pour la Sonacos (actuellement dénommé SUNEOR), représente un versement partiel encaissé dans le cadre d’une procédure contentieuse impliquant un montant global de 5 milliards FCFA.

‘’Pour recouvrer le reliquat, une lettre de relance a été notifiée à la direction de la société avec un suivi de l’agent judiciaire de l’Etat », affirme-t-il.

 

Les commentaires sont fermés.