Modern technology gives us many things.

L’autosuffisance en riz est une chose possible en Casamance.

riz casaCependant rien de concret ne semble être en train d’être fait pour atteindre cet objectif. Et pourtant, nos chers gouvernants ne cessent de déclarer leur intention de travailler à arriver à ce niveau. Mais s’agit-il seulement d’avoir l’intention ? À côté de l’intention, il faudrait avoir la volonté de le faire en y mettant les moyens nécessaires. Toutes les stratégies  doivent être imaginées et un accompagnement technique permanent doit être apporté aux agriculteurs. Malgré le manque de soutien, les paysans arrivent quand même à faire de bonnes
productions. Ces productions, même importantes, ne couvrent pas les besoins en nourriture des populations. Dans certains villages de la Casamance, il y a des familles qui arrivent à satisfaire leur besoin en riz jusqu’à commercialiser une partie. En plus, jusqu’à un passé récent, dans certaines localités, les gens ne connaissent que riz cultivé sur place.
Mais aujourd’hui, les populations ont même du mal à manger à leur faim et pourtant les terres sont toujours là. Faute d’aménagement, les terres s’appauvrissent et l’ensablement gagne de plus en plus les terres cultivables. A cela il faut ajouter l’épineuse question de la salinisation qui rend certaines rizières incultivables.  Pour lutter contre ces difficultés agricoles, certains organismes non gouvernementaux qui interviennent dans la zone aident les populations à faire des aménagements comme les digues anti-sel ou dans la lutte contre l’ensablement des terres. Le service des eaux et forêts s’est également lancé depuis quelques années dans cette lutte qui est loin d’être gagnée à cause des moyens faibles dont disposent les services de l’agriculture ou des eaux et forêts. Le gouvernement doit arrêter les discours ou de démarrer les politiques agricoles qui n’aboutissent jamais pour se tourner résolument vers la recherche des solutions durables pour conduire le pays à l’autosuffisance alimentaire. Les rares infrastructures agricoles construites ont produits les effets contraires et portent préjudice aux populations, c’est le cas du barrage d’affiniam dans le département de Bignona.

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.